Air France-KLM: Le fort impact de la grève masque les progrès

AVIATION La grève aurait coûté près de 425 millions d'euros...

M.P. avec AFP

— 

Des avions de la compagnie Air France sur le tarmac de Roissy près de Paris, le 24 septembre 2014
Des avions de la compagnie Air France sur le tarmac de Roissy près de Paris, le 24 septembre 2014 — Stephane de Sakutin AFP

Air France-KLM l'avait annoncé, la grève historique de ses pilotes en septembre allait plomber ses comptes. Et en effet, la compgnie aérienne a enregistré de nouvelles pertes en 2014, notamment en raison des quelque 425 millions d'euros qu'à coûté cette grève, selon des estimations.

Malgré tout, le groupe franco-néerlandais à largement amélioré sa compétitivité. La perte nette a été ramenée à 198 millions d'euros contre 1,82 milliard d'euros en 2013, selon un communiqué publié jeudi.

Chiffre d'affaires en baisse

Son résultat d'exploitation replonge dans le rouge (-129 millions d'euros contre +130 millions un an plus tôt). Mais hors impact de la grève, il aurait plus que doublé. Si son excédent brut d'exploitation (Ebitda) s'est contracté de 14,3% à 1,58 milliard, il aurait progressé de 8,6% en l'absence de mouvement social.

Le numéro 2 européen derrière l'allemand Lufthansa a vu son chiffre d'affaires reculer de 2,4% à 24,9 milliards sous l'effet de la grève et de la pression sur les prix des billets.

En septembre, l'activité du groupe avait été perturbée par une grève historique de 14 jours des pilotes d'Air France, qui s'opposaient au développement de la filiale à bas coûts Transavia. L'impact de ce conflit est estimé à 425 millions sur le résultat d'exploitation.

Un bénéfice de 99 millions d'euros envolé

Dans le détail, l'entité française Air France a enregistré une perte d'exploitation de 314 millions contre 174 millions en 2013. Elle aurait enregistré un bénéfice de 99 millions sans la grève.

De son côté, le bénéfice d'exploitation de la composante néerlandaise KLM a chuté de 41,8% à 175 millions en raison de la diminution de la recette unitaire et de l'augmentation de ses coûts.