L’Europe s’en tient à son «plan A», la Grèce dit non à tout ultimatum

ECONOMIE Le gouvernement d'Alexis Tsipras veut revoir les règles de l'aide européenne...

N.Beu.

— 

Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances, à Bruxelles, le 16 février 2015.
Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances, à Bruxelles, le 16 février 2015. — Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Dialogue de sourds ou bras de fer tendu? Au lendemain de l’échec de la réunion de l’Eurogroupe au sujet de la Grèce, les Etats européens et l’Etat grec campent toujours sur leurs positions. Les premiers exigent d’Athènes le prolongement du programme de redressement, tandis que le gouvernement dirigé par Alexis Tsipras refuse de repartir sur les mêmes bases.

Mardi, une source gouvernementale a indiqué que la Grèce «n'acceptera pas d'ultimatum». «Le gouvernement grec est déterminé à honorer le mandat populaire et l'histoire de la démocratie en Europe», ajouté cette même source, qui assure que le texte présenté lundi soir lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro «comprenait des points qu'Athènes ne pouvait pas accepter, comme l'extension technique de six mois du programme actuel, qualifiée d'étape transitoire».

«Il faut passer de l'idéologie à la logique»

Selon cette source, le texte proposé par Athènes lors de cette réunion comprenait des «mesures visant à adopter un système d'imposition plus juste, à limiter les répercussions de la crise humanitaire ainsi que des mesures pour l'allégement de la dette». «Ces points, assure la source, sont les bases pour une extension de l'aide actuelle qui pourrait prendre la forme d'un programme intermédiaire de quatre mois, qui sera une phase transitoire vers un accord qui va conduire à la croissance en Grèce.»

De leur côté, l’Europe continue de se montrer inflexible. «Il n'y a pas de plan B» dans le cadre des négociations avec la Grèce, a notamment assuré mardi le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici. «Le plan A, pour la Commission, c'est un accord à 19 [au sein de la zone euro]. C'est le seul sur la table», a renchéri le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas. «Il faut passer de l'idéologie à la logique», a-t-il dit à l'adresse des Grecs, en reprenant une formule de Pierre Moscovici.

La Commission veut être un «facilitateur»

La Commission européenne s'est dite mardi «dans une recherche de solution à 19», et a promis de «jouer son rôle de facilitateur». Elle a toutefois démenti l'existence d'un document que les Grecs étaient à deux doigts de signer la veille, comme l'a affirmé le ministre des Finances, Yanis Varoufakis. «Il y a eu des documents élaborés, mais aucun document mis sur la table, et donc aucun document rejeté par la Grèce», a renchéri le Français, Michel Sapin.

Pour les Européens, la seule option viable est une extension du programme d'aide grec en cours, qui expire le 28 février. La zone euro a fixé un ultimatum à Athènes jusqu'à vendredi et souhaite qu'elle fasse une demande formelle par lettre, selon plusieurs sources proches du dossier. «Le seul terrain connu qui permette d'avoir un peu de temps, de tranquillité et de calme, c'est la prolongation du programme précédent. C'est un travail qui doit continuer pour aller jusqu'au bout dans les quelques heures qui restent», a averti Michel Sapin. Une extension du programme de redressement grec comporterait la «flexibilité que les règles comportent», a-t-il souligné.