Cinq choses que vous ignoriez (peut-être) sur le Rafale

AERONAUTIQUE La France a annoncé jeudi soir avoir conclu un contrat de vente de 24 appareils avec l'Egypte, une première...

J.P-L

— 

Depuis sa création, l'avion de combat Rafale n'a été vendu qu'à l'armée française.
Depuis sa création, l'avion de combat Rafale n'a été vendu qu'à l'armée française. — LILIAN AUFFRET/SIPA

Le Rafale n'est plus un avion maudit. François Hollande a confirmé jeudi soir que l'Egypte va en acquérir 24, devenant ainsi le premier client étranger. Le contrat, d'un montant de plus de cinq milliards d'euros, devrait être officiellement signé lundi au Caire. Une bonne nouvelle pour le petit bijou de combat de Dassault, qui, depuis son lancement en 1989, a connu bien des péripéties.

L'armée française sature du Rafale

Jusqu'ici, seule l'armée française a bien voulu du Rafale. Onze avions sortent annuellement des usines juste pour cette dernière. L'armée en possède actuellement 137 sur les 180 officiellement commandés et a constitué son premier escadron en 2006, rapportent Les Echos. En 2013, La Tribune révèle que, disette budgétaire oblige, l'Etat envisage de réduire son plan de commande initial de 286 appareils à 225.

Le Rafale coûte cher au contribuable

Selon un rapport du Sénat daté de 2012, cité par L'Expansion, le coût total du programme s'élève à 43,56 milliards d'euros pour l'Etat. Dans le détail, un Rafale coûtera 152 millions d'euros pièce dans l'hypothèse où la France commande effectivement 286 appareils.

En outre, Les Echos font remarquer que le prix unitaire s'est envolé par rapport au devis initial en raison de l'alourdissement de la facture du développement. C'est pourquoi le Rafale est souvent critiqué par les élus, notamment par la patronne d'EELV, Emmanuelle Cosse, qui estime que c'est «un ratage industriel français».

Le Rafale fait travailler 7.000 personnes

Le Rafale, c'est aussi une industrie en soi. 7.000 salariés, directs ou indirects, travaillent pour l'avion et 500 PME sont sollicitées dans toutes les régions de la France. Ainsi, L'Usine nouvelle explique que l'avion est conçu à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) avant de faire le tour de la France (Midi-Pyrénées, Aquitaine...) pour être assemblé et peaufiné. L'opération dure en moyenne 24 mois.

Le Rafale a connu six échecs à l'étranger

Comme le rappelle L'Obs, l'avion a connu une longue série de déconvenues, malgré la mobilisation de trois présidents successifs: Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, qui avait pourtant mis en place une «cellule» dédiée au sujet à l'Elysée, et François Hollande. Après multiples négociations, six pays ont finalement choisi des concurrents moins chers, américain ou suédois (F15, Gripen...): les Pays-Bas, la Corée du Sud, Singapour, Maroc, Suisse et le Brésil. En revanche, le Rafale est toujours dans la course dans plusieurs pays comme l'Inde, les Emirats arabes unis et le Qatar.

Le Rafale a connu plusieurs accidents

Réputé fiable et performant, d'où son coût élevé, l'avion a toutefois fait l'objet de plusieurs accidents ces dernières années. Le plus impressionnant est probablement celui de 2009, lorsque deux Rafale sont entrés en collision au-dessus de la Méditerranée, lors de vols d'essai. L'un des deux pilotes est mort dans le drame. Un an plus tard, un autre avion se crashe au Pakistan, sans faire de victime cette fois.