Oui, le coût du travail en France augmente moins qu'avant

COMPETITIVITE Une étude de l'Insee publiée ce mercredi révèle qu'entre 2012 et 2014, le coût du travail en France a augmenté deux fois moins que celui de l'Allemagne...

J.P-L
— 
Selon une étude de l'Insee, la hausse du coût du travail a tendance à ralentir depuis la crise de 2008 et surtout depuis 2013 et la mise en place du CICE.
Selon une étude de l'Insee, la hausse du coût du travail a tendance à ralentir depuis la crise de 2008 et surtout depuis 2013 et la mise en place du CICE. — DURAND FLORENCE/SIPA

La France fait-elle des progrès en termes de compétitivité? Selon une étude de l'Insee rendue publique ce mercredi, la hausse de son coût du travail a nettement baissé depuis la crise économique de 2008. C'est encore plus vrai depuis la mise en place du Crédit impôt compétitivité emploi (CICE) en 2013, dispositif d'allégement de charges, lequel a été intégré depuis au pacte de responsabilité.

Ainsi, le coût du travail en France a crû de 11,1% entre 2008 et 2014 et d'à peine 1,6% entre 2012 et le troisième trimestre 2014. «Le CICE a "amoindri" cette hausse de 2,8 points», relève l'Insee. A titre de comparaison, l'Allemagne, souvent vantée pour sa compétitivité, a vu son coût du travail croître de 13,1% entre 2008 et 2014 et de 3,9% entre 2012 et le troisième trimestre 2014, un bond deux fois plus élevé que celui de la France.

«Le coût du travail n'est pas le seul facteur de compétitivité»

«Le CICE a permis à la France d'avoir une évolution du coût du travail plus favorable à celle de l'Allemagne. Sans cette mesure, la hausse serait comparable», observe pour 20 Minutes, Nicole Roth, cheffe du département de l'emploi et des revenus d'activité à l'Insee.

En 2012, la France était pourtant classée comme le quatrième pays d'Europe au plus fort coût du travail horaire (35,2 euros), derrière la Belgique, la Suède et le Danemark. L'Allemagne, elle, se hissait à la septième place (31,9 euros). Pour l'année 2014, le classement n'a pas encore été établi mais l'évolution plus modérée de la France ne devrait pas le «révolutionner», prévient Nicole Roth. Les places devraient être les mêmes.

Pas de quoi donc imaginer un alignement du coût horaire du travail français sur celui de l'Allemagne. L'étude ne signifie pas plus que la France va détrôner sa voisine outre-Rhin en termes de compétitivité. «Le coût du travail n'est pas le seul facteur de compétitivité. Il faut aussi prendre en compte la compétitivité hors prix, la productivité...», énumère la spécialiste de l'Insee. Quant aux futurs effets du pacte de responsabilité sur le coût du travail, l'institut se refuse pour l'instant à tout pronostic.