Vente du Rafale à l'étranger: «Nous sommes proches de réussir»

ECONOMIE La France serait sur le point de vendre 24 avions de combat Rafale à l'Egypte

20 Minutes avec AFP

— 

Un Rafale sur le porte-avion Charles-de-Gaulle au large de Toulon, le 13 janvier 2015
Un Rafale sur le porte-avion Charles-de-Gaulle au large de Toulon, le 13 janvier 2015 — Anne-Christine Poujoulat AFP

Le Rafale aurait-il enfin trouvé preneur à l'étranger? Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, affirme samedi dans Le Figaro que l'avionneur est en passe de «réussir le premier contrat export du Rafale», l'avion de combat tricolore qui équipe l'armée française depuis 2004.

«Quand la température monte, je reste très prudent. Je peux juste dire que nous sommes proches de réussir le premier contrat export du Rafale», confie Eric Trappier au Figaro Economie, sans nommer le pays acquéreur potentiel.

Moyen-Orient, Inde et Europe?

«Nous avons plusieurs prospects au Moyen-Orient qui sont très actifs. En Egypte, il reste encore plusieurs étapes à franchir. Nous menons un travail de fond avec l'Inde dans un dossier très complexe en termes de montage industriel. Et nous avons des campagnes Rafale plus lointaines, y compris en Europe», déclare le PDG de Dassault Aviation.

Le quotidien économique Les Echos affirmait vendredi que la France était sur le point de conclure avec l'Egypte un plan de financement pour lui vendre 24 avions de combat Rafale et une frégate multimission FREMM, un marché évalué entre 5 et 6 milliards d'euros.

D'autre part, Paris et New Delhi avaient promis début décembre de conclure «rapidement» la vente de 126 Rafale à l'Inde, un contrat géant en négociations depuis janvier 2012, qui s'il était conclu mettrait fin à une quinzaine d'années d'espoirs et de déconvenues pour tenter d'exporter l'appareil de Dassault Aviation.