Grèce: la Bourse d'Athènes s'envole de plus de 6% en début de séance

© 2015 AFP

— 

L'indice général de la Bourse d'Athènes finit dans le vert, avec un bond de 3,16% après une chute de 9,24% la veille ayant touché principalement les banques
L'indice général de la Bourse d'Athènes finit dans le vert, avec un bond de 3,16% après une chute de 9,24% la veille ayant touché principalement les banques — Angelos Tzortzinis AFP

L'indice général de la Bourse d'Athènes (Athex) s'envolait de plus de 6% en début de séance alors que les dirigeants grecs poursuivent leur tournée des capitales européennes pour trouver des soutiens à une renégociation de la dette grecque.

Vers 09H30 GMT, l'Athex bondissait de 6,74% à 806,30 points, après avoir ouvert une heure plus tôt sur un bond de 4,14%. L'indice a même grimpé de 7,46% dans les premiers échanges avant de se stabiliser.

Cette envolée fait suite à l'optimisme déjà affiché lundi, l'Athex ayant gagné 4,64%, dans un marché qui se remet à croire à un compromis entre le gouvernement grec et les créanciers internationaux.

Le taux de rendement de l'obligation souveraine grecque à 10 ans a baissé à 9,7% après avoir dépassé 11%, la semaine dernière.

Le nouveau ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a évoqué dans un entretien paru mardi au quotidien financier Financial Times le projet du gouvernement de la gauche radicale Syriza sur la réduction de la dette grecque, ont rapporté les médias grecs.

Ce projet comprend deux volets, selon le journal grec Kathimerini, d'une part «l'émission des obligations dont le remboursement sera lié à la croissance du pays» et d'autre part «le remplacement des obligations détenues par la Banque centrale européenne (BCE) par des obligations perpétuelles (perpetual bonds)».

Après des entretiens à Paris et à Londres dimanche et lundi avec ses homologues respectifs George Osborne et Michel Sapin, le ministre grec des Finances doit poursuivre mardi sa visite à Rome.

De son côté, le Premier ministre Alexis Tsipras doit rencontrer mardi dans la capitale italienne son homologue Matteo Renzi avant une deuxième étape cruciale mercredi à Bruxelles où il doit s'entretenir avec Jean-Claude Juncker avec qui il a déjà conversé samedi par téléphone.

La renégociation de la dette grecque, qui dépasse 175% du PIB est au centre du programme du Syriza, vainqueur des élections législatives du 25 janvier en Grèce.