Chute du pétrole: Total va réduire ses dépenses d'exploration de 30% en 2015

ENERGIE Le groupe pétrolier français parle d’une réduction de 2 à 3 milliards de dollars dans ses dépenses d’investissement par rapport aux 26 milliards de l’an dernier…

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo de Total au siège de la compagnie pétrolière, le 21 octobre 2014 à La Défense, près de Paris
Le logo de Total au siège de la compagnie pétrolière, le 21 octobre 2014 à La Défense, près de Paris — Martin Bureau AFP

Le géant pétrolier français Total, affecté par la chute récente des prix du baril de pétrole, va réduire ses dépenses d'exploration de 30% en 2015, a indiqué vendredi le PDG du groupe dans un entretien au journal Le Monde.

«Ces deux dernières années, les dépenses d'exploration étaient de 2,8 milliards », a précisé

. Comme il l'avait déjà annoncé, le groupe prévoit de façon plus générale de réduire ses dépenses d'investissement de 2 milliards à 3 milliards de dollars par rapport aux 26 milliards de dollars de l'an dernier.

Réduire aussi les coûts opérationnels

La société souhaite également « amplifier la baisse » des coûts opérationnels pour les porter à 1,2 milliard de dollars, soit « un effort supplémentaire de 400 millions ».

Le groupe va donc notamment revoir ses investissements dans les champs matures dont le retour sur investissement s'allonge et freiner ses investissements sur les gaz de schiste américains, «gourmands en capitaux mais dont l'exploitation peut reprendre rapidement en cas de remontée des prix du brut», a précisé Patrick Pouyanné.

«Une partie des économies viendra également de la renégociation des contrats avec nos fournisseurs, car quand le pétrole baisse, le prix des services et des équipements baisse », a-t-il souligné. «Il faut réagir, surtout ne pas surréagir», a-t-il affirmé, indiquant que «Total a les moyens de tenir le cap».

Total déficitaire sur sa partie raffinage

La société, qui continue à perdre de l'argent avec son activité de raffinage, prévoit également de restructurer ses sites français et fera des annonces « au printemps », a-t-il ajouté. Aucun site ne sera fermé et « tous les salariés de Total resteront les employés de Total ». Jeudi, c'est le groupe anglo-néerlandais Royal Dutch Shell qui avait annoncé une réduction de plus de 15 milliards de dollars de ses investissements en trois ans.

Par ailleurs, le groupe compte améliorer la transparence autour de ses 900 filiales dans le monde, dont plusieurs dans des pays considérés comme des paradis fiscaux (Bermudes, îles Vierges ou îles Caïmans).

Faire le ménage dans les filliales

Patrick Pouyanné a annoncé que le groupe publierait en mars « la liste complète » de ses filiales, contre 200 actuellement mentionnées dans son document de référence.

Il affirme ainsi « s'inscrire totalement dans la continuité » de l'ancien PDG Christophe de Margerie, décédé fin 2014, et qui avait décidé en 2012 que le groupe ne créerait plus de filiales dans des pays considérés comme des paradis fiscaux.