La Bourse de Paris va de l'avant en attendant la croissance américaine

© 2015 AFP

— 

Le palais Brongniart, ancienne Bourse de Paris
Le palais Brongniart, ancienne Bourse de Paris — Fred Dufour AFP

La Bourse de Paris était en hausse vendredi (+0,43%), aidée par Wall Street, au début d'une séance marquée par plusieurs indicateurs dont les chiffres de la croissance aux Etats-Unis.

A 09H26 (08H26 GMT), l'indice CAC 40 prenait 20,01 points à 4.651,44 points. La veille, il avait rebondi de 0,44%.

Le marché parisien poursuivait sa marche en avant, grâce notamment à la nette progression de Wall Street jeudi qui s'est appuyé sur un bon indicateur sur l'emploi américain et des résultats d'entreprises.

Le marché parisien, qui évolue près de ses plus hauts depuis juin 2008, était à quelques encablures du seuil des 4.700 points, comme en début de semaine.

Les indices boursiers européens peuvent compter sur la politique monétaire très généreuse de la Banque centrale européenne (BCE), qui a lancé la semaine dernière un vaste programme de rachats d'actifs.

«Les marchés européens réalisent de solides performances, les investisseurs intégrant l'idée de l'abondance des liquidités», souligne Chris Weston, analyste chez IG.

Ces mesures de la BCE ont permis aux marchés de rester sereins face aux incertitudes en Grèce, où le nouveau gouvernement anti-austérité va tenter de renégocier sa dette avec ses créanciers internationaux.

La séance qui s'ouvre sera quant à elle placée sous le signe des statistiques économiques, nombreuses en Europe et aux Etats-Unis.

«La première estimation du PIB américain au quatrième trimestre et, au préalable, le chiffre flash de l'inflation en zone euro pour décembre, sont les deux principaux rendez-vous du jour», relève le courtier Aurel BGC.

La croissance aux Etats-Unis pour le quatrième trimestre (14H30) devrait ralentir un peu après la hausse surprise de 5% au troisième trimestre.

Cette estimation «devrait continuer de refléter une dynamique encourageante aux Etats-Unis, soutenue par la consommation privée et l'investissement», selon les stratégistes chez Crédit Mutuel-CIC.

Elle sera regardée de près au moment où les investisseurs cherchent à savoir quand la banque centrale américaine (Fed) remontera ses taux, une décision qui sera prise notamment en fonction de la conjoncture économique.

Toujours outre-Atlantique, le marché suivra l'activité économique dans la région de Chicago et la deuxième estimation de la confiance des consommateurs, mesurée par l'Université de Michigan.

Enfin, plusieurs indicateurs sont au programme en zone euro avec le chômage en décembre et la première estimation de l'inflation pour janvier, qui devrait se traduire par une baisse des prix.

L'inflation pourrait renforcer «la pression sur la BCE pour qu'elle rassure sur sa capacité à redresser les anticipations d’inflation», rappelle Crédit Mutuel-CIC.

Parmi les valeurs, Total prenait 1,35% à 45,52 euros, profitant d'un rebond du pétrole à New York la veille. Le PDG du géant pétrolier français a par ailleurs annoncé dans le journal Le Monde une réduction de ses dépenses d'exploration de 30% en 2015.

JCDecaux, qui a remporté un contrat pour l'aéroport international de Rio de Janeiro, profitait (+3,20% à 32,37 euros) d'un relèvement de recommandation par Barclays, tout comme Legrand (+2,58% à 48,17 euros) par Citigroup.

En revanche, CGG était pénalisé (-1,81% à 4,99 euros) par une note du courtier Exane-BNP PariBas et L'Oréal (-0,59% à 159,25 euros) par des commentaires de Natixis.

Altran était recherché (+1,64% à 7,76 euros) après l'annonce d'un chiffre d'affaires 2014 en progression de 7,6%.

Alten gagnait 2,41% à 36,78 euros. La société a publié un chiffre d'affaires 2014 en hausse de 12,9%.

EDF perdait 0,49% à 24,24 euros. Le groupe a annoncé aux organisations syndicales qu'il allait ouvrir une négociation sur le temps de travail des cadres dans le but d'instaurer un forfait jours, rapporte le journal Les Echos, selon qui le groupe pourrait en outre entrer au capital d'Eurostar.

Beneteau perdait 4,59% à 12,88 euros. Le groupe table sur une forte croissance dans le bateau et un léger retrait dans l'habitat lors de son exercice décalé 2014-2015.

Himédia lâchait 2,09% à 2,34 euros dans la foulée de la publication d'un chiffre d'affaires en baisse de 10% en 2014.

Manitou perdait 1,42% à 13,16 euros, malgré un chiffre d'affaires annuel en hausse de 6%.

Fleury Michon était en forte hausse (+3,48% à 49,00 euros) après avoir vu ses ventes en 2014 progresser de 1,3% grâce à un dernier trimestre très dynamique pour les produits à la marque de l'entreprise.

Enfin, GFI Informatique bondissait (+4,98% à 5,90 euros) après avoir signé «un partenariat stratégique» en France avec Alcatel-Lucent.

Euronext (Cac 40)