Le PEL est-il encore un bon plan?

PLACEMENT Le taux de rémunération du Plan d'épargne logement baisse à partir du 1er février, mais le taux de crédit devient plus attractif...

Céline Boff
— 
Paris le 04 fevrier 2013. Illustration epargne argent billet de banque tenus dans une main.
Paris le 04 fevrier 2013. Illustration epargne argent billet de banque tenus dans une main. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Est-il encore intéressant d’ouvrir un Plan d’épargne logement (PEL)? A partir du 1er février, son taux de rémunération passera de 2,5 à 2%. Autrement dit, si vous contractez un PEL à partir du 1er février, ce placement vous rapportera moins d’argent. En revanche, si vous êtes déjà détenteur de ce produit, rien ne change –le taux reste à 2,5%.

Vous êtes dans une logique d’épargne? C'est le moment de prendre rendez-vous avec votre banquier pour souscrire un PEL rémunéré à 2,5% jusqu'au 31 janvier seulement. «A ce taux, il est l’un des placements les plus profitables: après prélèvements sociaux, il rémunère votre argent à 2,11%, contre 1% seulement pour le Livret A», détaille Sandrine Allonier, responsable des relations banques de Vousfinancer.com.

Toutefois, même avec un taux à 2%, soit 1,69% net de prélèvements sociaux, le PEL reste plus compétitif que le Livret A. «Il devient un peu moins intéressant que l’assurance-vie, mais il est moins contraignant aussi, puisqu’il exige de détenir son épargne pendant quatre ans, contre huit pour la seconde», avance Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des Epargnants.

Attention toutefois si vous percevez un salaire modeste: «Avec un PEL, vous vous engagez à verser chaque mois, chaque trimestre ou chaque semestre respectivement 45, 135 ou 270 euros pendant au minimum quatre ans», poursuit l'économiste.

«Début 2012, les taux de crédits étaient à 4%»

Si vous avez un projet immobilier à moyen ou long terme, attendez plutôt le 1er février pour ouvrir votre PEL. «L’écart de rémunération n’est finalement pas si énorme, alors que le gain sur le futur prêt est vraiment important, puisqu’il passe de 4,20% à 3,20%», explique Sandrine Allonier.

Certes, ce taux n’est absolument pas attractif au vu des crédits sur 15 ans, actuellement accordés en moyenne à 2,30%. «Mais, début 2012, les taux de crédits étaient à 4% et ils étaient même à 5% en 2008… Il est fort possible que les taux actuels remontent dans quatre ans», affirme Sandrine Allonier. Ou dans 15 ans, puisque vous pouvez utiliser vos droits à prêts pendant toute cette période.

Ceci dit, sachez qu’il faut quand même verser pas mal d’argent sur votre PEL pour qu’il se révèle pertinent en matière d’achat immobilier. Par exemple, si vous déposez 10.000 euros sur votre PEL lors de son ouverture, avec un versement mensuel de 100 euros, dix ans plus tard, vous pourrez emprunter 92.000 euros sur cinq ans, 82.500 sur dix ans et 54.300 sur 15 ans.

En revanche, si vous vous contentez du minimum, c’est-à-dire un versement initial de 225 euros et des versements mensuels de 45 euros, au bout de cinq ans, vous pourrez emprunter seulement 19.100 euros sur deux ans et 2.530 euros sur 15 ans… Autrement dit, quasiment rien.  

«Cela prouve que vous êtes capable de mettre de l’argent de côté»

Comme le souligne Philippe Crevel, «il est extrêmement rare que le PEL soit l’emprunt principal. Mais pour tous ceux qui pourraient représenter aux yeux de leur banquier un "mauvais dossier" en cas d’emprunt immobilier, il peut être intéressant d’en ouvrir un». «Cela prouve que vous êtes capable de mettre de l’argent de côté», abonde Sandrine Allonier.

L’experte rappelle qu’au final, rien ne vous oblige à utiliser vos droits à prêt et que vous pouvez même les céder à votre conjoint, vos enfants ou petits-enfants, vos parents ou grands-parents, vos frères et sœurs et leurs conjoints, vos neveux et nièces, vos oncles et tantes, et même aux membres de la famille de votre conjoint.

A deux conditions toutefois: être marié –le transfert entre conjoints ou à la famille du conjoint ne fonctionne pas pour les concubins ou les pacsés- et que la personne bénéficiaire soit elle-même titulaire d’un PEL depuis au moins trois ans.