Les Français craquent pour les vins pétillants étrangers

CONSOMMATION Ils boivent également de plus en plus de rosé et de Bourbon, selon une étude IWSR-Vinexpo...

Céline Boff
— 
Une jeune femme sert un verre de Lambrusco
Une jeune femme sert un verre de Lambrusco — LUCA BRUNO/AP/SIPA

Le champagne n’a plus la cote. Sa consommation a encore reculé de -3% l’an dernier en France. Et pourtant, les Français apprécient les vins effervescents. Alors qu’ils sirotent de moins en moins de rouge et de blanc, ils devraient boire de plus en plus de vins pétillants. Le cabinet IWSR table sur une hausse de la consommation de +2,5% entre 2014 et 2018, selon une étude réalisée pour le compte de Vinexpo.

Mais ce sursaut profitera surtout aux producteurs étrangers. Les Français se montrent particulièrement friands de nectars effervescents made in Italie et privilégient le Prosecco, le Moscato ou encore le Lambrusco. Le cava, un mousseux espagnol, devrait également gagner du terrain.

En tout cas, il séduit au niveau mondial: sa production s’est accrue de plus de 1,2 million de bouteilles l’an dernier, notamment tirée par les importations de la Belgique ou encore, du Nigeria. 

Le rosé-pamplemousse cartonne

Si les Français se détournent des champagnes, ce n’est donc pas à cause de leurs goûts, mais en raison de leurs prix. «Les tarifs pratiqués par les producteurs étrangers de vins effervescents sont plus compétitifs. C’est aussi ce qui explique le succès croissant du Crémant», analyse Guillaume Deglise, directeur général de Vinexpo.

Avec près de 360 millions de bouteilles bues en 2013, la France s’impose comme le second marché mondial pour la consommation de vins pétillants, derrière l’Allemagne et devant la Russie. Autre tendance majeure: l’engouement croissant des Français pour le rosé. Ils en sont les premiers consommateurs mondiaux en volume et en boivent désormais chaque année presque deux fois plus que du blanc.

Alors que le rosé est traditionnellement consommé en été -ses ventes doublent pendant cette saison-, il est de plus en plus siroté tout au long de l’année. Les marques cherchent également à innover afin d'étoffer leur clientèle et proposent de nouveaux produits, comme le rosé-pamplemousse, qui cartonnent.

Les Italiens boivent plus de vin que les Français

Dernière boisson en vogue dans un marché des vins et spiritueux plutôt déprimé: le Bourbon. Entre 2009 et 2013, sa consommation a explosé, avec un bond de +48,7%, et le cabinet IWSR mise sur une hausse de +17,7% pendant les cinq prochaines années.

Au final, si la consommation de vins et spiritueux ne cesse de ralentir en France depuis les années 1970, la baisse devrait s’atténuer à moyen terme (-2,8% entre 2014 et 2018, contre -4% entre 2009 et 2013). Une «reprise» qui s’explique par la croissance soutenue de la démographie (1,3 million de personnes en âge de consommer dans les cinq prochaines années) et le succès des bars à vin et à cocktails.

Et si la consommation chute, la France reste tout de même le deuxième pays le plus consommateur de vin au monde. Chaque habitant boit, en moyenne, 47,4 litres par an. Seuls les Italiens font mieux (48,1 litres).