SNCF: Les dames pipi en grève

SOCIAL Les salariées chargées du nettoyage des toilettes dans les gares parisiennes craignent la perte de leur emploi...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration toilettes pour femmes.
Illustration toilettes pour femmes. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Des salariées chargées du nettoyage des toilettes en gare sont en grève depuis lundi dans quatre gares d'Ile-de-France. Selon FO-propreté, le conflit, démarré il y a une semaine à la gare Saint-Lazare, a depuis gagné la Gare du Nord, la gare de Marne-la-Vallée, à l'est de Paris, et, lundi, celle d'Austerlitz.

Il est déormais suivi par 36 agents de nettoyage, en grande majorité des femmes, bloquant l'accès aux toilettes dans ces gares, craignant d'être licenciées à l'occasion d'un changement de prestataire. «Nouveau prestataire qui ne veut pas les reprendre, alors que c'est une obligation», précise le représentant du syndicat, Malamine Ndiaye.

>> A lire également​: Faire le tour de Paris à la recherche d'un coin à pipi

Une reprise obligatoire

Suite à un appel d'offres passé par la SNCF, la gestion des toilettes de l'ensemble des gares françaises a été confiée à la société 2theloo avec l'objectif de «relever d'un cran le niveau de services» et de répondre ainsi à «une forte attente des clients», explique-t-on du côté de la SNCF, qui affirme en outre avoir «demandé (aux postulants) d'être extrêmement vigilants à la reprise des personnels des entreprises de nettoyage concernées». Selon la convention du secteur de la propreté, la reprise des personnels, en cas de changement de sous-traitant, est une obligation.

Mais 2theloo «n'a pas considéré automatique la reprise du personnel» au motif que les employés ne répondaient pas, justement, à cette convention collective des sociétés de nettoyage, indique une représentante de la compagnie ferroviaire.

Vers une fin de conflit ce mardi

La SNCF, à qui FO-propreté a demandé, lundi dans un communiqué, d'assumer ses responsabilités de donneur d'ordre, affirmait le soir même que des négociations étaient en cours. «On accompagne les deux sociétés (2theloo et la société sortante Spacio Confort) dans la concertation. 2theLoo doit faire des propositions demain (aujourd'hui, mardi)», affirmait alors la porte-parole de la SNCF.

La complexité de la situation parisienne vient du fait que Spacio Confort travaillait quasi exclusivement pour la SNCF, ce qui n'est pas forcément le cas de prestataires exerçant dans d'autres gares. Selon FO-propreté, les salariées n'ont été informées que la semaine dernière du changement de prestataire, ce qui doit normalement être fait au moins un mois avant.