Japon: Le gouvernement approuve un budget record

MONDE Il s'agirait des plus gros crédits de tous les temps...

20 Minutes avec agences

— 

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe le 24 décembre 2014 à Tokyo
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe le 24 décembre 2014 à Tokyo — Toshifumi Kitamura AFP

688 milliards d'euros (soit 96.340 milliards de yens), c'est le montant du budget annuel record que vient d'approuver le gouvernement japonais. Présenté comme un tournant vers l'assainissement progressif des finances publiques, sans sacrifier le soutien à la croissance ni à la protection sociale, ce budget voit également celui de la Défense augmenter pour la troisième année d'affilée (+2% à 4.980 milliards de yens).

«Ce sont les plus gros crédits de tous les temps», a assuré un responsable du ministère, précisant que le précédent record datait de 2002 (4.960 milliards de yens). «Le budget de cette année va à la fois dans le sens d'une réforme fiscale mais aussi d'un assainissement des finances, parce que c'est le seul chemin viable», a déclaré en début de semaine le Premier ministre Shinzo Abe, lors d'une réunion des partenaires de la coalition de droite au pouvoir.

Une progression de la consmmation des ménages

Shinzo Abe qui, en boostant le budget de la Défense, s'est montré bien décidé à muscler les capacités du Japon pour assurer sa sécurité nationale, notamment face aux ambitions asiatiques de la Chine et aux menaces de la Corée du Nord.

Côté chiffres marquants, le gouvernement table, pour l'année budgétaire à venir, sur une progression de 2% de la consommation des ménages, laquelle représente quelque 60% du produit intérieur brut (PIB) du pays, attendu en croissance de 1,5% en 2015-2016, après une récession de 0,5% redoutée pour 2014-2015. Et comme tous les ans, c'est encore la protection sociale qui absorbera la plus grande part des crédits (31.530 milliards de yens), avec une augmentation de 3,3% due au vieillissement de la population.

Quant au service de la dette qui dépasse 200% du PIB, il continuera de croître, de 0,8%, pour peser près d'un quart du budget.