John Kerry attendu en Inde pour une visite économique

© 2015 AFP

— 

Le patron de la diplomatie américaine John Kerry, le 16 décembre 2014 à Londres
Le patron de la diplomatie américaine John Kerry, le 16 décembre 2014 à Londres — Evan Vucci Pool

Le patron de la diplomatie américaine John Kerry est attendu en Inde la semaine prochaine pour une visite à caractère économique destinée à doper les échanges entre les deux géants, a annoncé mardi le département d'Etat.

Ce voyage se déroulera quelques jours avant celui fin janvier du président Barack Obama.

Le ministre des Affaires étrangères américain se rendra le 10 janvier à Ahmedabad, capitale économique de l'Etat indien du Gujarat (ouest), le fief du Premier ministre nationaliste hindou Narendra Modi au pouvoir depuis le printemps dernier.

C'est le chef du gouvernement indien qui a invité M. Kerry à un sommet d'investisseurs internationaux dans la sixième plus grosse ville de l'Inde, selon le département d'Etat.

Le secrétaire d'Etat sera accompagné d'une délégation d'hommes d'affaires américains afin de «consolider les échanges et les investissements entre les deux pays», a indiqué la porte-parole de la diplomatie américaine, Jennifer Psaki.

John Kerry s'est déjà rendu deux fois en Inde depuis qu'il est ministre et son gouvernement avait dit vouloir multiplier par cinq au cours des prochaines années le volume d'échanges bilatéraux qui s'élève à 100 milliards de dollars par an actuellement.

Le président Obama doit se rendre en Inde fin janvier à l'invitation du Premier ministre Modi, lequel avait été reçu le 30 septembre dernier dans le Bureau ovale lors d'une rencontre sans précédent.

Après des décennies de relations tendues, Washington et New Delhi se sont rapprochés de manière spectaculaire ces dix dernières années, notamment sous la présidence de George W. Bush (2001-2009). Héritage de la Guerre froide, l'Inde et la Russie ont longtemps été de très proches alliées et gardent des rapports étroits, notamment en matière militaire.

Les Etats-Unis et l'Inde ont encore eu quelques frictions ces derniers mois, notamment sur la mise en oeuvre d'un Accord de facilitation des échanges (TFA) considéré comme le plus important accord mondial de libéralisation du commerce de ces 20 dernières années.