Les prix du gaz vont baisser de 1% en février

ENERGIE La diminution des prix s’explique par la chute des cours du pétrole sur lesquels les tarifs du gaz sont indexés, selon «Le Figaro»…

Vincent Vantighem

— 

GDF Suez est encore sorti victorieux d'un bras de fer sur les prix du gaz et pourra facturer un nouveau rattrapage à ses clients, qui devrait toutefois être le dernier, le gouvernement espérant que sa réforme des tarifs gaziers mettra fin aux contentieux en série avec l'opérateur.
GDF Suez est encore sorti victorieux d'un bras de fer sur les prix du gaz et pourra facturer un nouveau rattrapage à ses clients, qui devrait toutefois être le dernier, le gouvernement espérant que sa réforme des tarifs gaziers mettra fin aux contentieux en série avec l'opérateur. —

GDF vous souhaite une bonne année 2015. Les tarifs réglementés du gaz vont diminuer d’un peu plus de 1% au 1er février, selon une information publiée, lundi soir, par le quotidien Le Figaro. Cette baisse s’explique, mécaniquement, par la chute des cours du pétrole sur lesquels les tarifs du gaz sont indexés. «En quelques mois, les cours du brut ont dégringolé de près de 60%», explique le quotidien. De fait, le cours du baril de pétrole est passé, lundi, sous la barre symbolique des 50 dollars à la bourse de New-York, ce qui n'était pas arrivé depuis mai 2009.

>> Décryptage: Comment se fixe le prix du gaz?

Auparavant, les tarifs de l’énergie étaient révisés tous les trimestres. Mais depuis l’été dernier, les autorités ont décidé de réviser les prix mensuellement afin de renforcer leur indexation sur les prix du marché.

7,4 millions de foyers concernés

La baisse annoncée des tarifs devrait concerner environ 7,4 millions de foyers français sur un total de 10,6 millions d’abonnés au gaz. Près de 3,2 millions de foyers ont, en effet, souscrit des offres à prix libres –dites «de marché»– chez GDF-Suez ou un fournisseur alternatif.

>> Concurrence: Les foyers continuent d'abandonner les tarifs réglementés

Cette baisse de 1% devrait contrebalancer en partie la hausse de 1,8% des tarifs mise en place au 1er janvier en raison du doublement de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TICGN). «Cette taxe est traditionnellement révisée en début d’année», explique encore Le Figaro. Sans quoi, les tarifs auraient déjà dû baisser en janvier.