Immobilier: Les prix devraient encore baisser de 3% en 2015

FRANCE Selon Century 21, la tendance, déjà observée depuis trois ans, va se poursuivre cette année...

20 Minutes avec agence

— 

Bordeaux, 5 mars 2012. - Immobilier dans le secteur des Quais des Chartrons et de Bacalan. - Photo : Sebastien Ortola
Bordeaux, 5 mars 2012. - Immobilier dans le secteur des Quais des Chartrons et de Bacalan. - Photo : Sebastien Ortola — SEBASTIEN ORTOLA

3%. C'est peu, mais c'est mieux que rien. Et c'est de 3%, sur des montants déjà à la baisse depuis plus de trois ans*, que le prix de l'immobilier devrait reculer cette année. Un chiffre annoncé, ce lundi, par le réseau des 850 agences Century 21 (le premier en France), qui publie son bilan de l’année écoulée et ses prévisions pour 2015. 

«Les prix vont encore reculer car les salaires ne vont pas beaucoup progresser et les taux des crédits immobiliers, déjà très bas, ont très peu de chances de baisser encore», affirme Laurent Vimont, le PDG de Century 21 dans les colonnes du Monde. Et Century 21 d'achever l’année sur un total de 720.000 ventes, après un beau rebond à l'automne. 

La baisse des prix concerne toutes les régions, à l’exception du Limousin, et est spectaculaire dans le Languedoc-Roussillon (- 7,4%), en Poitou-Charentes (- 6,7%) et en Auvergne (- 5,6%). En moyenne, en France, le m2 vaut donc aujourd'hui 2.496 euros.

Et pourtant, ce recul n'accélère pas la prise de décisions. En 2014, il aura fallu en moyenne 94 jours pour vendre un appartement contre 85 en 2013. L'évolution est moins spectaculaire pour les maisons: 96 jours l'année dernière contre 94 jours en 2013. A Paris même, il n’aura jamais été aussi long de conclure une transaction: 76 jours en moyenne, soit 11 de plus qu’en 2013.

 

 

Selon, le réseau Century 21, si les tarifs de la pierre s'effritent mais ne plongent pas malgré la crise persistante, c'est parce qu'on ne construit pas assez de logements neufs en France. En 2014, moins de 300.000 nouveaux logements sont sortis de terre, alors qu'il faudrait en bâtir 500.000 pour en finir avec pénurie.

 

 

Le primo-accédants investissent

Bonne nouvelle tout de même, grâce à cette baisse des prix, les acheteurs en profitent pour s'offrir des logements un peu plus grands: en moyenne 110,8 m2 en 2014 pour une maison, soit 1,74 m2 en plus par rapport à 2013 ; 57,4 m2 pour un appartement, soit 0,26 m2 supplémentaires par rapport à 2013.

Et les primo-accédants de retrouver le sourire. Car, toujours selon le rapport de Century 21, les acquéreurs de moins de 30 ans comptent désormais pour 16,7 % des acheteurs dans la capitale.

* Le marché ayant perdu 1,9 % en 2012, puis 1,8 % en 2013, encore 2,8 %, en moyenne, en 2014, et jusqu’à 10 % sur les derniers mois de l’année. Cumulée depuis le pic de 2011, la dégringolade des prix atteint 7,2 %, mais laisse tout de même à un vendeur, ayant acheté son bien en 2000 et le revendant aujourd’hui, une plus-value enviable de 112 %.