Le compte personnel de formation va-t-il révolutionner la carrière des Français?

EMPLOI Le compte personnel de formation (CPF) qui entre en vigueur ce lundi pourrait aider de nombreux actifs à améliorer leur employabilité ou à se reconvertir…

Delphine Bancaud

— 

Villeneuve la Garenne le 06 septembre 2012. Formation d'un an et acquisition des compétences de base (lire, écrire compter) pour les salariés.
Villeneuve la Garenne le 06 septembre 2012. Formation d'un an et acquisition des compétences de base (lire, écrire compter) pour les salariés. — A. GELEBART / 20 MINUTES

L’année 2015 démarre avec un grand chamboulement sur le front de l’emploi. A partir de ce lundi, entre en vigueur le compte personnel de formation (CPF) qui remplace le DIF (droit individuel à la formation). Ce dispositif devrait permettre aux personnes qui en ont le plus besoin (chômeurs, personnes peu ou pas diplômées) d’avoir accès à la formation professionnelle et aux actifs d’avoir davantage d’initiative dans leur choix de formation.

Car jusqu’alors, rares étaient ceux qui prenaient en main leur formation. Ainsi, selon un sondage Opinion Way pour l’Afpa* dévoilé en exclusivité ce lundi par 20 Minutes, 76% des actifs n’ont jamais utilisé leur DIF. C’est même le cas de 87% des demandeurs d’emploi. «Le DIF ne permettait pas d’acquérir un nombre d'heures suffisant pour avoir accès à une formation qualifiante. Et les salariés avaient l’impression que les formations auxquels ils avaient accès par ce biais ne répondaient pas à leur besoin», explique Hervé Estampes, directeur général de l’Afpa (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes). Selon lui, «le CPF devrait révolutionner la formation professionnelle, même si sa montée en puissance sera très progressive, le temps que chacun se l’approprie».

Améliorer son employabilité, une nécessité

«Les actifs ont compris que le temps où l’on passait 40 ans dans la même entreprise est révolu, estime Hervé Estampes. Ils ont conscience qu’ils devront changer de métier plusieurs fois dans leur carrière, d’où la nécessité pour eux d’œuvrer pour leur employabilité». 9 actifs sur 10 qui ont suivi une formation au cours des douze derniers mois en ont été satisfaits, selon ce sondage.

Reste à savoir comment les actifs utiliseront leur CPF. Si on croit le sondage de l’Afpa, 85% des actifs souhaitent avant tout acquérir ou développer des compétences dans leur domaine lorsqu’ils entament une formation. «On peut penser que les grandes entreprises abonderont les CPF de leurs salariés, ce qui leur permettra d’avoir accès à des formations plus longues» prévoit aussi Catherine Dessein, directrice du programme CPF au ministère du Travail.

Un outil efficace pour changer de voie

Le CPF devrait inciter aussi davantage de Français à se reconvertir, en leur permettant de se former en dehors du temps de travail à l’insu de leur employeur: «On peut imaginer que les formations relatives aux métiers de service, qui sont en adéquation avec le marché du travail, vont bien marcher», parie Hervé Estampes. D’autant qu’avec le CPF, les actifs auront accès à des formations modulables qui pourront donc s’étaler sur plusieurs années. «La validation des acquis de l’expérience devrait aussi reprendre des couleurs», prévoit-il.

Au final, si le CPF suscite l'engouement des Français, cela pourrait même avoir des conséquences sur la courbe du chômage, analyse Hervé Estampes: «car les emplois vacants faute de candidats pourraient trouver davantage preneurs». Mais pour lancer le mouvement, les DRH auront un grand rôle à jouer. Car pour l’heure, 51% des sondés n’ont jamais entendu parler de ce dispositif…

<< A lire aussi Le nouveau compte personnel de formation: Comment ça marche?

*Sondage réalisé en ligne par Opinion Way du 23 septembre au 27 octobre 2014 auprès un échantillon représentatif de2.034 actifs.