Wall Street termine sans conviction sa première séance de l'année 2015

© 2015 AFP

— 

Un trader à la bourse de New York, le 17 octobre 2014
Un trader à la bourse de New York, le 17 octobre 2014 — Jewel Samad AFP

Wall Street a achevé sans conviction la première séance de l'année 2015, des indicateurs économiques mondiaux sans éclat et l'absence de nombreux courtiers tempérant son élan haussier initial: le Dow Jones a grignoté 0,06% mais le Nasdaq a lâché 0,20%.

Selon les résultats à la clôture, l'indice vedette de la place new-yorkaise Dow Jones Industrial Average, s'est adjugé 9,92 points à 17.832,99 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, s'est replié de 9,24 point à 4.726,81 points.

L'indice élargi S&P 500, le plus suivi par les investisseurs professionnels, a abandonné 0,03%, soit 0,70 point, à 2.058,20 points.

Après un début de séance dans le vert, suscité par un optimisme persistant sur l'économie américaine, les indices new-yorkais ont rapidement freiné la cadence avant de basculer dans le rouge.

«Beaucoup d'investisseurs sont arrivés d'humeur acheteuse pour cette première journée d'échanges de l'année, mais après six années de hausse consécutive (pour le Dow Jones) et un marché à des niveaux quasi-record, il en faut plus pour continuer à faire encore monter le marché», a relevé Michael James, de Wedbush Securities.

D'autant qu'au lendemain du Nouvel An et à quelques heures du week-end, les planchers et salles d'échanges étaient encore désertés par un grand nombre de courtiers.

«Et sans liquidités et sans volume, il est facile pour le marché de se faire balloter d'un côté et de l'autre, sans trouver de grandes résistances», a poursuivi M. James.

Dans ces conditions, pour Dan Greenhaus de BTIG, «l'année 2015 ne commence vraiment que lundi» à Wall Street.

La déroute persistante des prix du pétrole, à des plus bas depuis 2009, et une salve d'indicateurs mondiaux globalement préoccupants n'a rien fait pour retenir les tenants d'une tendance haussière.

Aux Etats-Unis, dans le secteur crucial de l'immobilier, les dépenses de construction ont baissé de manière inattendue en novembre, tandis que l'activité dans le secteur manufacturier a baissé plus que prévu en décembre, selon l'association professionnelle ISM.

En zone euro, l'activité manufacturière a connu une progression quasi-nulle en décembre, faisant craindre une croissance au point mort pour le dernier trimestre de l'année 2014. En Chine, elle a aussi déçu ce mois-là avec un ralentissement à son plus faible rythme de croissance de l'année 2014, en raison de la faiblesse de la demande, selon un indicateur officiel, confirmant la conjoncture maussade dans la deuxième économie mondiale.

- Le secteur de l'énergie résiste -

Malgré le nouveau repli des cours de l'or noir, les grands noms de ce secteur très éprouvé l'an dernier ont bien résisté: ExxonMobil a gagné 0,41% à 92,83 dollars, Chevron 0,36% à 112,58 dollars mais ConocoPhillips a cédé 0,20% à 68,92 dollars.

La société d'exploration pétrolière Linn Energy, qui vient de faire état de coupes dans ses dépenses d'investissements et une baisse de son dividende annuel, a bondi de 12,04% à 11,35 dollars, dopé par l'annonce d'un partenariat avec une plateforme de crédits du fonds Blackstone Group pour lancer de nouveaux forages.

Le groupe Civeo, qui propose des services de logement à l'industrie pétrolière, a lâché 5,84% à 3,87 dollars après l'annonce de la vente par le fonds Jana Partners de sa participation, de 11,5%, dans la société. Des prévisions jugées très décevantes pour 2015 avaient fait plonger son titre de près de moitié en début de semaine dernière.

Le titre du constructeur automobile General Motors (GM) a lâché lui 0,20% à 34,84 dollars après l'annonce la veille de nouveaux rappels sur ses véhicules.

Le groupe internet Yahoo!, qui fait l'objet de spéculations pour une éventuelle acquisition de CNN ou d'une autre grande chaîne câblé, s'est replié de 0,34% à 50,17 dollars.

L'opérateur américain Dish Network, qui a décidé de rendre disponible en vidéo à la demande la satire controversée «L'interview qui tue» du studio Sony Pictures, a cédé 0,85% à 72,327 dollars.

Le marché obligataire a nettement progressé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,123%, contre 2,170% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,697%, contre 2,749% à la précédente clôture.

Nasdaq Nyse