Perquisition chez LG, accusé d'avoir saboté des lave-linge Samsung

© 2014 AFP

— 

Le siège de la compagnie LG à Séoul le 26 décembre 2014
Le siège de la compagnie LG à Séoul le 26 décembre 2014 — Jung Yeon-Je AFP

Le siège du groupe sud-coréen LG a été perquisitionné vendredi à Séoul dans le cadre d'une enquête sur le sabotage de lave-linge de son rival Samsung dans des magasins allemands.

«Notre siège est perquisitionné par des enquêteurs», a confirmé à l'AFP un porte-parole de LG.

Les enquêteurs ont saisi des documents et des disques durs et l'usine de LG à Changwon (sud) a également fait l'objet d'une perquisition, selon l'agence Yonhap.

Samsung Electronics accuse de hauts responsables de LG, dont le président de son département électroménager Jo Seong-Jin, d'avoir volontairement endommagé des lave-linge de sa fabrication dans deux grands magasins d'appareils électroniques de Berlin avant le salon professionnel IFA.

Des images de vidéosurveillance montrent plusieurs hommes asiatiques - identifiés comme étant des cadres de LG - détruisant les charnières de portes de lave-linge avant de s'enfuir, affirme Samsung Electronics.

Samsung, concurrent de LG dans les smartphones et l'électroménager, demande réparation pour diffamation, atteinte aux biens et entrave à l'activité économique.

LG a démenti en partie ces accusations, reconnaissant que ses employés s'étaient rendus dans les magasins en question mais seulement dans le cadre d'une étude de marché et expliquant n'avoir pas eu l'intention de détruire les produits exposés.

LG a également contre-attaqué, affirmant dans un communiqué que «les machines à laver d'une certaine compagnie semblent dotées de charnières bien plus fragiles que celles d'autres entreprises».

Le géant Samsung produit une vaste gamme de produits électroniques, allant des réfrigérateurs et téléviseurs en passant par les télévisions à écran plat et les téléphones mobiles.

Son rival plus petit LG est l'un des leaders mondiaux d'électroménager.

Les deux sociétés croisent le fer depuis des années sur le marché intérieur.