Légaliser le cannabis, un bon plan pour les finances de la France?

DROGUE Dans une étude publiée par «Le Monde», le think thank Terra Nova analyse trois hypothèses sur la légalisation du cannabis et ses retombées économiques...

Delphine Bancaud

— 

Toulouse, le 2 mai 2013. Des plans de cannabis.
Toulouse, le 2 mai 2013. Des plans de cannabis. — FRED SCHEIBER

Légaliser le cannabis pourrait bien être une bonne opération pour les deniers de l’Etat. Cette affirmation provient d’une étude du think tank Terra Nova, dévoilée par Le Monde .

Selon celle-ci, la légalisation du cannabis pourrait rapporter près de 2 milliards d’euros par an à l’Etat. Une conclusion fondée sur une démonstration précise. Car la lutte contre le commerce du cannabis et sa consommation coûte cher en France. «Au total, 568 millions d’euros sont consacrés chaque année au cannabis, les seules interpellations comptant pour quelque 300 millions. S’y ajoute le coût social indirect: la déstabilisation de quartiers par le trafic, la consommation de produits frelatés…», indique Le Monde.

Par ailleurs, la pénalisation du cannabis n’a rien de dissuasif pour les usagers, puisque la consommation de cannabis en France est l’une des plus élevées d’Europe. Forte de ce constat, Terra Nova préconise trois solutions.

Trois options envisagées

La première consisterait à supprimer les sanctions en cas de détention de cannabis à des fins personnelles, comme au Portugal ou en Espagne. Ce qui permettrait de diminuer de moitié les frais de justice et de police – soit une économie de 311 millions par an). Mais cette option aurait des conséquences négatives sur la consommation, car elle ne permettrait pas d’agir sur le prix du stupéfiant. Ce qui entraînerait 6.000 consommateurs quotidiens de plus (12%), et 309.000 consommateurs occasionnels supplémentaires.

La seconde solution serait de légaliser le cannabis dans le cadre d’un monopole public. Du coup, les prix pourraient être fixés par l’Etat et augmenter par rapport à ceux qui sont proposés actuellement. Et les ventes pourraient rapporter des recettes fiscales importantes, tout en faisant disparaître par miracle les frais de justice et de police. L’impact budgétaire total se situerait entre 1,8 milliard d’euros et 2,1 milliards.

Enfin, la troisième hypothèse consisterait à légaliser le cannabis dans un cadre concurrentiel. Avec des prix fixés en fonction de l’offre et de la demande. Une option qui ferait exploser la production et la consommation (+71% d’usagers quotidiens). Du coup, le bénéfice pour les finances publiques serait moindre (2,2 milliards d’euros) car la surconsommation entraînerait des dépenses de santé supplémentaires.

Au final, les économistes de Terra Nova votent plutôt pour la deuxième solution. Mais difficile, d'un point de vue politique, de penser qu’elle pourrait être appliquée en France dans les prochaines années.