«La TVA sociale aurait un impact limité»

INTERVIEW Eric Heyer décrypte cette mesure proposée par Nicolas Sarkozy…

— 

Eric  Heyer, membre  de  l’Observatoire  français  des conjonctures  économiques, décrypte cette mesure proposée par Nicolas Sarkozy (UMP) et qui provoque une polémique.  

Le  candidat  UMP  à  l’élection présidentielle, Nicolas  Sarkozy, défend la TVA sociale  pour financer la  Sécu.  De  quoi  s’agit-il?

Ce  système  transfère  une  partie  du coût de la Sécu (les  charges  sociales) sur  la  TVA.  Cela  baisse  les coûts  des  entreprises  et  permet  des embauches.  De  plus, les  produits importés  sont  davantage  taxés.

Quels  sont  les  inconvénients?
On  pénalise  les  ménages, qui  subissent une  hausse  des  prix  alors que  leur  salaire  net  ne  bouge  pas. Et  on  taxe  les  chômeurs,  comme les  salariés.  Par  ailleurs, on  concurrence nos  partenaires  européens, mais  pas  la  Chine.  C’est  une  stratégie néfaste  pour  la  zone  euro.

Qu’en  pensent  les  économistes?
Certains pensent que les profits de l’entreprise doivent aussi financer la Sécu. D’autres  veulent faire payer les seuls salariés et consommateurs. En  fait, les  études  montrent que  ces  réformes  auront  un impact  limité.

Mais  cela  marche  au  Danemark?
Ce petit pays est beaucoup plus ouvert sur l’extérieur. La TVA sociale le rend compétitif. En France, cela n’est pas automatique car la production est plus importante. L’Allemagne s’y  met aussi, mais il est trop tôt pour juger.

Propos recueillis par Angeline Benoit