«L'époque du tout-technologie est terminée»

INTERVIEW Brice Duthion, maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers

Recueilli par A. B.

— 

Brice Duthion, maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers.

Quel est l’intérêt du record de vitesse ?

Il n'est pas commercial puisque le TGV circulera à 320 km/h maximum sur la ligne Est. Il s'agit de montrer la performance de l'industrie ferroviaire française, dans laquelle l'Etat investit beaucoup depuis trente ans.

Les inventeurs du TGV pensaient-ils à son coût ?

Dans les années 1960, on était dans l'aventure gaullienne de la technologie. Pour les ingénieurs de la SNCF, il était évident que l'Etat devait payer. Ce n'est qu'à la fin des années 1980 que la question financière s'est posée.

Qu’est-ce qui a changé ?

L'Union européenne a interdit à l'Etat d'éponger le déficit de la SNCF, et a exigé sa séparation avec le réseau ferré. De plus, l'état des finances publiques contraint à regarder à la dépense. L'époque du tout-technologie, de la vitesse comme seule vérité, est terminée.

Le TGV coûte-t-il trop cher ?

Les retombées sur l'environnement - le TGV se passe de carburant - et sur l'aménagement du territoire sont difficiles à quantifier. Cela dit, on pose rarement cette question pour les autoroutes, auxquelles on consacre bien plus d'argent.

Pourquoi le TGV ne s’est-il vendu qu’en Espagne et en Corée ?

Chaque Etat veut développer son système. C'est ce qu'a fait l'Allemagne. Et puis il y a des pays, comme les Etats-Unis, où le transport aérien est plus adapté.

1 milliard de voyageurs ont pris le TGV depuis son lancement en 1981, soit 80 millions par an et la moitié du trafic des trains.

1 540 km de lignes sont équipées pour la grande vitesse sur les 7 000 empruntés par le TGV.

600 TGV circulent par jour.

70 % C'est la part du TGV dans le chiffre d'affaires des grandes lignes de la SNCF.

23 milliards d'euros ont été consacrés à cette innovation depuis sa création.

30 millions d'euros ont été dépensés pour tenter de battre le dernier record de vitesse.

80 % C'est le taux de remplissage du TGV contre 40 % pour les trains Corail.