Le TGV court encore après son prestige

TRANSPORT Le train à grande vitesse va tenter aujourd'hui de pulvériser son propre record mondial de vitesse sur rails...

Angeline Benoit

— 

Le train à grande vitesse va tenter aujourd'hui de pulvériser son propre record mondial de vitesse sur rails, 515 km/h, vieux de dix-sept ans, et pourrait atteindre les 540 km/h, voire les dépasser. Le record mondial de vitesse d'un train , actuellement de 581 km/h, est détenu par le japonais Maglev, à sustentation magnétique. En piquant un sprint, le TGV entend aussi se valoriser par rapport à ses concurrents, le japonais Shinkansen, fabriqué par Hitachi, et l'allemand ICE, de Siemens.Pourtant, la vitesse n'est pas le principal objectif du transport ferroviaire, dont les coûts peuvent aussi grimper très vite. Le TGV Est roulera à 320 km/h à partir du 10 juin. L'objectif des 350 km/h est en débat à la SNCF, qui souligne que sa rentabilité économique « n'est pas établie ». L'entreprise publique n'a pas manifesté d'enthousiasme pour le successeur du TGV conçu par Alstom, l'AGV, qui pourrait monter à 350 km/h. Elle préfère miser sur ses TGV duplex, qui ont l'avantage de doubler le nombre de passagers... et de billets.

AGV A la différence du TGV, ce train rapide n'a pas été conçu par la SNCF, dont le rôle a été réduit à l'exploitation des trains. Son inventeur, Alstom, table sur une mise en service en 2009. L'AGV n'ayant pas de locomotive, toutes ses voitures accueillent des voyageurs, un atout dans les petites gares.