Sondage: Les Français donnent raison aux patrons contre le gouvernement

ENTREPRISE Les entrepreneurs sont mobilisés cette semaine contre la politique gouvernementale...

N.Beu. avec AFP

— 

Le président du Medef Pierre Gattaz à Lyon, le 3 décembre 2014.
Le président du Medef Pierre Gattaz à Lyon, le 3 décembre 2014. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Merci patrons. Dans la bataille économico-médiatique qui oppose les chefs d'entreprise au gouvernement, la majorité des Français ont choisi leur camp. A en croire un sondage Odoxa réalisé pour BFM Business, Challenge et Aviva assurance, plus de six personnes interrogées sur dix (64%) pensent que les patrons «ont raison» de se mobiliser pour manifester «contre la politique du gouvernement».

Si 64% de Français, interrogés les 27 et 28 novembre, estiment que les patrons «ont raison de se mobiliser pour ce qu'ils appellent leur "souffrance et leur ras-le-bol" contre la politique du gouvernement», ils sont aussi 77% à être plutôt favorables à un allègement de la fiscalité des entreprises. Les Français soutiennent une par une toutes les revendications les plus importantes du Medef, sauf une. Ainsi, plus de six Français sur dix approuvent la demande du Medef de relever les seuils sociaux (61%), de ne pas avoir à informer plusieurs mois à l'avance leurs salariés en cas de cession (62%), de réformer la loi dite «pénibilité» (64%).

La politique de Valls divise

En revanche, les Français ne sont pas d'accord avec le Medef pour revenir sur la présence des représentants des salariés dans les conseils d'administration des grandes entreprises: 81% pensent qu'il s'agit là d'une bonne chose. Les trois principales confédérations patronales (CGPME, Medef, UPA), ont affiché leur unité mercredi à Lyon, au troisième jour d'une semaine de mobilisation des entrepreneurs, qui en ont «ras-le-bol des promesses non tenues du gouvernement, qui continue d'augmenter les impôts», selon les mots du patron du Medef, Pierre Gattaz.

Interrogés sur la politique économique menée par le Premier ministre Manuel Valls, les Français sont partagés. 39% la jugent pas assez favorable aux dirigeants d'entreprises, 32% trop favorable et 28% la jugent bien équilibrée. De manière plus globale, 80% des Français sont «plutôt moins confiants» concernant l'avenir économique en France, alors qu'ils sont 19% à être «plutôt confiants», en hausse de six points par rapport au mois précédent. Enfin, l'indice de moral, c'est-à-dire la différence entre les «confiants» et les «défiants» est toujours très négatif, mais s'améliore nettement (+13 points) par rapport au mois précédent, pour s'établir à -61, note l'étude.

L'enquête a été réalisée le 27 et 28 novembre auprès de 1.013 personnes selon la méthode des quotas et par Internet.