EXCLUSIF. Pour 60% des Français, le «made in France» est un gage de qualité

CONSOMMATION Le regard des citoyens sur les produits fabriqués en France a fortement évolué en quinze ans, comme le démontre une enquête dévoilée en exclusivité par «20 Minutes»...

Céline Boff

— 

Illustration d'un rayon «made in France» dans un hypermarché.
Illustration d'un rayon «made in France» dans un hypermarché. — PFG / SIPA

Pessimistes, les Français? S’il y a bien une chose dont ils ne doutent pas, c’est de la qualité des produits tricolores. Cette année, 60% des citoyens estiment que les biens fabriqués en France sont de meilleure qualité que les articles produits hors d’Europe. Ils étaient seulement 32% à le penser en 1999.

«Ce changement spectaculaire s’explique par la défiance croissante des Français vis-à-vis de la mondialisation. Ils se disent que les produits confectionnés hors des frontières européennes sont certes moins chers, mais de moins bonne qualité, ce qu’ils ne pensaient pas il y a encore 15 ans», analyse Régis Bigot, directeur de recherche au Crédoc, un centre spécialisé dans l’observation des conditions de vie.

C’est lui qui a réalisé, à la demande du ministère de l'Economie et plus précisément de la Direction générale des entreprises (DGE), cette enquête* que 20 Minutes s'est procurée en exclusivité.

Des Français prêts à payer plus cher

Au-delà du «made in France», les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la question de la qualité: 51% des Français la désignent comme l’un des principaux critères d’achat, contre 48% en 2005. Plus surprenant, ils y prêtent même davantage d’attention qu’au prix – un critère décisif pour 35% des consommateurs, contre 40% en 2005.

C’est ce qui explique sans doute pourquoi les Français se disent prêts à payer plus cher pour un produit manufacturé d’origine française: alors que cet effort financier n’était consenti que par 39% de la population en 1997, il l’est désormais par 61% des consommateurs.

«Ces chiffres sont étonnants dans un contexte de crise. Cela prouve que l’attachement au "made in France" n’est pas une lubie inventée par François Bayrou ou par Arnaud Montebourg, mais un véritable sujet pour les consommateurs», estime Régis Bigot. «Et ce qui est sûr, c’est que les citoyens veulent acheter français d’abord pour acquérir de la qualité et seulement ensuite pour défendre les emplois

L’engouement pour le «fabriqué en France» doit toutefois être nuancé: depuis 2010, le Crédoc constate un léger repli (-3 points) du consentement à payer plus cher les produits français, notamment chez les catégories modestes. Ce qui s’explique principalement par la faiblesse de leur pouvoir d’achat. En 2014, 47% des ménages percevant des bas revenus estiment pouvoir se permettre d’acheter plus cher des biens manufacturés français, contre 55% en 2010 (-8 points). Mais c’est toujours nettement plus qu’en 1997 (38%).

Les seniors particulièrement sensibles

Si les Français se disent séduits par le «made in France», cet attachement se traduit-il dans leurs emplettes? «Il est très difficile de le mesurer, tout simplement parce que dans le domaine industriel, entre la conception, les pièces détachées et l’assemblage, il n’est pas aisé de définir précisément ce qu’est un produit fabriqué en France», répond François Magnien, responsable des études économiques à la DGE et commanditaire du rapport du Crédoc.

«Mais il faut faire confiance à ce que déclarent les Français, d’autant plus que l’enquête du Crédoc montre qu’ils répondent franchement. Ainsi, si la moitié (48%) des moins de 25 ans se disent prêts à dépenser plus pour acheter un bien français, c’est le cas de 70% des seniors.» Sans doute parce que pour eux, comme le clamait il y a 51 ans déjà l’un des personnages du film culte Les Tontons flingueurs, si «le prix s’oublie, la qualité reste».

*L’enquête a été réalisée en «face à face», entre décembre 2013 et janvier 2014, auprès d’un échantillon représentatif de 2.003 personnes, âgées de 18 ans et plus, sélectionnées selon la méthode des quotas.

Les Français se méprennent sur l’Allemagne

Lorsque l’on demande aux Français quel est, d’après eux, le pays où les consommateurs veillent le plus à acheter local, ils citent avant tout l’Allemagne (33%), loin devant les Etats-Unis (17%) et la France (15%), révèle l’étude du Credoc. Pourtant, l’économie allemande est très ouverte sur le monde: les importations représentent 46% de son PIB, contre «seulement» 30% pour la France et à peine 18% pour les Etats-Unis.