Coquilles saint-jacques: La pêche menacée par une toxine

France Une toxine interdit la pêche de la coquille Saint-Jacques en rade de Brest et menace l'arrivée des coquilles sur nos tables à Noël...

20 Minutes avec agences
— 
Les microalgues dont se nourrissent les coquilles Saint-Jacques sont infectées par intermittence.
Les microalgues dont se nourrissent les coquilles Saint-Jacques sont infectées par intermittence. — Fred Tanneau afp.com

Les embarcations brestoises doivent rester à quai. Cette année, la pêche à la coquille Saint Jacques ne devrait pas être autorisée dans la rade en raison de la persistance de micro-algues maintenant la toxicité des coquilles à 440 milligrammes par kilo de chair, soit près du double de la norme admise (250 milligrammes).

Les pêcheurs finistériens se rabattent donc sur la récolte de la praire et du pétoncle noir, non touchés par ces toxines.

Pénurie pour les fêtes de fin d'année?

Alors y aura-t-il assez de coquilles Saint Jacques à Noël? Rien n'est moins sûr. Car la récolte en baie de Seine s'annonce également terne pour cette fin d'année. Et les coquilles Saint Jacques des côtes nord de Bretagne et de Basse-Normandie, attendues en nombre, ne sauront à elles seules compenser la pénurie des autres bassins.

Autre conséquence à prévoir: la hausse du prix de la coquille à l'approche des fêtes de fin d'année.

Pas de pêche en Charente-Maritime

A noter également que le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) de Poitou-Charentes a décidé, fin octobre déjà, d'annuler la campagne de pêche des coquilles Saint Jacques et des pétoncles en raison de l'insuffisance des ressources exploitables.

Une faiblesse de la ressource en partie due à un pic de mortalité inexpliqué et constaté en mars dernier. «De 30 à 40% des animaux sont morts dans le pertuis breton, qui constitue le principal vivier, contre 3 à 4% habituellement», avait indiqué, fin octobre, la coordinatrice du CRPMEM, Laurie Durand.