Paradis fiscaux: 8% de la richesse mondiale détenue par ces «Etats opaques»

Etude Les contribuables européens sont les premiers à faire des placements offshore en Suisse ou dans les îles Caïmans... 

Marion Pignot
— 
Malgré la guerre lancée en 2009 par le G20, les paradis fiscaux gardent la cote auprès de certains des fleurons de l'économie française, qui y implantent des filiales dans une grande opacité. L'OCDE s'est s'est décidé à partir en croisade contre l'évasion fiscale.
Malgré la guerre lancée en 2009 par le G20, les paradis fiscaux gardent la cote auprès de certains des fleurons de l'économie française, qui y implantent des filiales dans une grande opacité. L'OCDE s'est s'est décidé à partir en croisade contre l'évasion fiscale. — AFP

Quelque 7.600 milliards de dollars, soit 8% de la richesse mondiale, sont détenus par des particuliers dans des paradis fiscaux, affirme une récente étude parue dans le Journal Of Economic Perspectives.

Les ménages européens arrivent les premiers avec quelque 2.600 milliards localisés dans des Etats qui mêlent faible fiscalité et opacité financière, affirme le Français Grabiel Zucman, professeur assistant à la London School of Economics.

>> A lire aussi Les banques françaises présentes dans les paradis fiscaux

Sans compter les biens immobiliers

Derrière eux, les contribuables asiatiques (1.300 milliards) distancent de peu les Américains (1.200 milliards) qui sont suivis par les particuliers dans les pays du Golfe (700 milliards), affirme l'auteur de La Richesse cachée des nations. Enquête sur les paradis fiscaux (2013).

L'étude ne prend en compte que les actifs financiers et non les biens mobiliers ou immobiliers qui peuvent eux aussi être gardés à l'abri des fiscs nationaux.

Un manque à gagner de «190 milliards» par an

«S'il semble clair que la richesse détenue offshore est en augmentation, la principale incertitude tient à la part qui relève de l'évasion fiscale », indique Grabiel Zucman, selon qui certains contribuables déclarent «en bonne et due forme» leurs comptes en Suisse ou dans les Iles Caïmans.

En tenant compte de cette incertitude, Grabiel Zucman estime à «190 milliards» par an la perte en recettes fiscales essuyée par les Etats, au profit «quasi exclusif» des contribuables les plus fortunés.

La plaque tournante luxembourgeoise

Son étude montre également que les multinationales américaines font un usage croissant des paradis fiscaux pour réduire leurs impôts. En 2013, 55% de leurs revenus réalisés à l'étranger étaient localisés dans ces juridictions, notamment au Luxembourg ou à Singapour, contre un peu plus de 20% il y a trente ans.

Cette étude paraît à l'heure où la polémique sur l'optimisation fiscale des grandes entreprises a repris de l'ampleur avec les révélations «LuxLeaks» sur le rôle de plaque tournante joué par le Luxembourg.