Numéricable: Après SFR, l'opérateur a des vues sur Bouygues Telecom

Telephonie Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable qui va prendre les rênes de SFR et racheter Portugal Telecom, s'est également déclarée ouverte au rachat de Bouygues Telecom....

20 Minutes avec agences

— 

Une pancarte devant un magasin Numéricable à Lille le 24 février 2014
Une pancarte devant un magasin Numéricable à Lille le 24 février 2014 — Philippe Huguen AFP

Numericable «montez en puissance». Le cablô-opérateur suit à la lettre son slogan. Ainsi, le groupe Altice, maison mère de l'opérateur, lorgne sur Bouygues Telecom. Et ce, alors qu'elle est tout juste en train de finaliser l'acquisition d'un autre opérateur français, SFR, et s'est très bien positionnée dans la compétition pour le rachat de Portugal Telecom.

«A l'heure actuelle, nous sommes en train d'intégrer SFR, mais si nous recevons un appel de Bouygues vendredi, alors pourquoi pas?», a déclaré, jeudi, le directeur général d'Altice, Dexter Goei. Ajoutant qu'il y avait «un grand potentiel de synergie» entre les deux entreprises.

>> En savoir plus La fusion SFR-Numericable met-elle en péril la concurrence?

«Numéro un du très haut débit convergent»

Altice, groupe du milliardaire franco-israélien Patrick Drahi, avait emporté SFR, en avril, à l'issue justement d'une bataille contre Bouygues, en offrant à Vivendi 13,5 milliards d'euros en numéraire, ainsi qu'un complément éventuel de prix de 750 millions d'euros.

Le futur groupe-fusion «Numericable-SFR» s'est d'ailleurs fixé pour objectif de devenir le «numéro un du très haut débit convergent», c'est-à-dire aussi bien pour les communications fixes que le mobile.

Une stratégie «standalone»

« En somme, Bouygues Telecom met en œuvre une stratégie "standalone" (indépendante, NDLR) pour être profitable et compétitif dans un marché à quatre opérateurs », a souligné un porte-parole de Bouygues préférant rester anonyme.

Bouygues Telecom, qui continue de souffrir d'une concurrence exacerbée sur le marché mobile en France, a indiqué le 14 novembre réviser à la baisse ses ambitions pour 2014 mais dit compter redevenir compétitif en 2016 grâce à sa réorganisation.