Risques de pénurie d’essence si la grève s’enlise

SOCIAL Troisième semaine de débrayage au port de Marseille…

— 

L'assemblée générale de la CGT du Port autonome de Marseille (PAM) qui devait se prononcer sur la suite de la grève paralysant depuis le 14 mars les terminaux pétroliers devrait se tenir mardi dans l'après-midi.
L'assemblée générale de la CGT du Port autonome de Marseille (PAM) qui devait se prononcer sur la suite de la grève paralysant depuis le 14 mars les terminaux pétroliers devrait se tenir mardi dans l'après-midi. — Anne-Christine Poujoulat AFP/Archives

Troisieme semaine de grève au port autonome de Marseille (PAM) et bientôt troisième réunion pour tenter de débloquer la situation. Jeudi, la préfecture convie Gaz de France, la direction du port et les représentants syndicaux à la table des négociations, tandis que la CGT organise une nouvelle journée d’action.

Une centaine d’agents CGT du PAM, selon la préfecture, sont en grève depuis le 14 mars. Ils veulent obtenir l’emploi de personnel portuaire sur le futur terminal méthanier de GDF à Fos-sur-Mer. Le groupe gazier tient à employer son propre personnel pour des raisons de sécurité.

Mercredi, 51 bateaux attendaient en rade de Fos-sur-mer. Selon les pétroliers Total et Esso, le ralentissement de l’activité des raffineries n’entraîne pas de problème à la pompe… pour l’instant.

Total envisage éventuellement d’arrêter la production si la grève continue la semaine prochaine. Il y aurait alors des «conséquences négatives» sur la distribution d’essence. Esso estime par contre qu’il est «beaucoup trop tôt pour parler de pénurie»