La Bourse de Paris signe une quatrième séance de hausse consécutive

© 2014 AFP

— 

Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris, le 2 juin 2014
Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris, le 2 juin 2014 — Eric Piermont AFP

La Bourse de Paris a gagné du terrain mardi (+0,86%), signant une quatrième séance de hausse consécutive, grâce à un indicateur allemand rassurant et à la bonne tenue de Wall Street.

L'indice CAC 40 a pris 36,28 points à 4.262,38 points, dans un volume d'échanges peu nourri de 3,0 milliards d'euros. La veille, il avait gagné 0,56%.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 1,61% et Londres 0,56%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a pris 1,16%.

«Le marché reprend des couleurs notamment grâce à un indicateur allemand vraiment bon alors que les indices américains battent de nouveaux records», résume Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Le CAC 40 a accéléré dans la matinée, porté par la publication du baromètre ZEW du moral des milieux financiers allemands qui a fait un spectaculaire retour en territoire positif en novembre après dix mois continus de déclin.

«L’avenir dira peut-être que ce rebond, plus fort que prévu, était le point d’inflexion tant attendu après une dégradation continue depuis décembre 2013», indique le courtier Aurel BGC, alors que les investisseurs redoutent un fort ralentissement de l'économie allemande.

M. Tuéni rappelle en outre que le marché avait déjà bien entamé la séance, restant sur la dynamique de la veille, grâce à Mario Draghi qui «a confirmé le biais accommodant de la politique monétaire de la BCE (Banque centrale européenne)».

Le CAC 40 s'installe désormais nettement au-dessus des 4.200 points, après ses propos accommodants de Mario Draghi qui s'est dit ouvert à un programme de rachats de dette souveraine si nécessaire.

«Le marché a l'air de reprendre goût au risque même s'il va falloir confirmer ce mouvement. Il faut rester méfiant tant le marché a pu se montrer indécis ces dernières semaines», selon M. Tuéni.

Les investisseurs vont en outre se préparer à plusieurs rendez-vous importants dans les prochains jours avec le compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale américaine et des indices PMI d'activité en zone euro.

Parmi les valeurs, Technicolor a pris 5,57% à 4,55 euros. L'un des associés du fonds américain Vector Capital, premier actionnaire du groupe, défend mardi dans une interview aux Echos un démantèlement du groupe de technologies de l'image, avec lequel il est en conflit, le comparant sous sa forme actuelle à un «dinosaure».

Le secteur automobile a réagi positivement à la reprise du marché européen qui s'est confirmée en octobre. Renault qui a connu une progression nette de 10,5% des immatriculations en a davantage profité en Bourse (+2,33% à 60,51 euros) que Peugeot (+2,08% à 9,23 euros) qui s'est contenté d'une avancée de 1,1% de ses immatriculations.

Les valeurs dépendantes de la conjoncture ont été recherchées à l'image de Bouygues (+1,66% à 29,10 euros) et Saint-Gobain (+2,26% à 34,88 euros).

Areva a été suspendu à sa demande peu après 16H30 alors que le titre perdait 0,17% à 12,07 euros. Le groupe a annoncé après la clôture ne plus maintenir ses objectifs 2014 et suspend tous ceux de 2015-2016.

Michelin a fait les frais (-0,81% à 71,17 euros) d'un abaissement de sa recommandation à «sous-performer» contre «neutre» auparavant par Exane BNP Paribas.

Eurazeo à l'inverse a bénéficié (+3,47% à 53,70 euros) du relèvement de sa recommandation à «acheter» contre «neutre» par Kepler-Cheuvreux.

Havas a perdu 1,25% à 6,61 euros. Le conseil d'administration du groupe publicitaire a recommandé lundi aux actionnaires d'apporter leurs titres à l'offre publique d'échange (OPE) lancée par Bolloré (-1,15% à 382,00 euros), qu'il avait déjà accueillie favorablement.

Direct Energie a pris 0,82% à 8,65 euros, soutenu par la confirmation de ses objectifs annuels après avoir vu son chiffre d'affaires croître de 12,3% au troisième trimestre.

Interparfums a lâché 1,80% à 20,23 euros magré la confirmation de ses objectifs pour 2014.

Onxeo a perdu 6,55% à 5,85 euros, baissant mécaniquement après l'annonce par le groupe biopharmaceutique d'une augmentation de capital d'un montant maximum de 41,6 millions d'euros, importante par rapport à sa taille.

Euronext (Cac 40)