Automobile: La reprise du marché européen se confirme, sauf en France

AUTOMOBILE La reprise du marché automobile européen s'est confirmée en octobre avec une croissance des immatriculations de 6,5% tirée par les grands pays de l'UE à l'exception notable de la France...

20 Minutes avec AFP

— 

La nouvelle Peugeot 208 GTI 30TH présentée au Salon de l'automobile à Paris, le 2 octobre 2014
La nouvelle Peugeot 208 GTI 30TH présentée au Salon de l'automobile à Paris, le 2 octobre 2014 — Miguel Medina AFP

La reprise du marché automobile européen s'est confirmée en octobre avec une croissance des immatriculations de 6,5% tirée par les grands pays de l'UE à l'exception notable de la France, selon les chiffres publiés mardi par la profession.

Alors que le marché européen des voitures neuves a vécu son quatorzième mois consécutif de hausse, les constructeurs français y ont connu des fortunes contrastées: le groupe Renault a enregistré une progression de 10,5% tandis que PSA Peugeot Citroën se contentait de 1,1%, a précisé l'Association des constructeurs européens d'automobiles (Acea).

Au total, 1,07 million de voitures ont été immatriculées dans l'Union européenne en octobre, contre un million lors du même mois de 2013. Mais l'on est encore loin des niveaux d'avant la crise de 2008-2013 : plus de 1,2 million d'unités avaient été mises en circulation en octobre 2007. La tendance générale est toutefois positive puisqu'en septembre le marché avait déjà crû de 6,4%. Sur les dix premiers mois de l'année, la progression est de 6,1%.

«Les marques d'entrée de gamme marchent bien»

«En début d'année, les dirigeants d'entreprises automobiles évoquaient une croissance du marché européen de 3 ou 4%, on va être plutôt à 5 ou 6%», remarque Jean-François Belorgey, du cabinet de consultants EY.

Pour cet expert, «les marques d'entrée de gamme marchent bien, c'est sans doute directement lié à la crise. Quand les gens changent de véhicule, ils vont plutôt sur des voitures au rapport qualité-prix raisonnable. C'est probablement cela qui réconcilie cette impression d'incohérence que l'on a, une économie pas flamboyante et pourtant un marché qui redémarre».

La nouvelle embellie est surtout due à des pays dont le marché avait fondu ces cinq dernières années. Ainsi de l'Espagne (+26,1%) et de l'Italie (+9,2%). La Grande-Bretagne, deuxième marché automobile de l'UE, est à +14,2% tandis que le premier, l'Allemagne, progresse de 3,7%. Plus mauvais résultat au sein de l'UE, la France a vu ses immatriculations se replier de 3,8%, un chiffre déjà annoncé début novembre. Sur dix mois, les immatriculations françaises restent toutefois dans le vert (+1,4%).