Noël: Novembre est le meilleur mois pour acheter ses cadeaux

CONSOMMATION Pour faire de grosses économies, mieux vaut s’y prendre dès maintenant...

Nicolas Beunaiche

— 

Le rayon jouets d'un hypermarché à Semécourt, dans la banlieue de Metz, le 22 novembre 2011.
Le rayon jouets d'un hypermarché à Semécourt, dans la banlieue de Metz, le 22 novembre 2011. — POL EMILE/SIPA

Il n’y a plus de saison, ma bonne dame. A un mois et demi de Noël et alors que les sapins sont encore bien enracinés, la grande course aux cadeaux a déjà commencé sur les sites d’e-commerce et dans les magasins. Un coup des grandes enseignes? Oui et non. Car si les prix de novembre sont effectivement très avantageux en comparaison de ceux de décembre, le mouvement semble bel et bien spontané.

Depuis quelques années, les consommateurs ont en effet changé de stratégie à l’approche des fêtes. Avec la crise, il s’agit désormais de bien peser ses euros avant de les dépenser. A la recherche de la moindre économie, 89% des Français devraient ainsi faire leurs achats sur Internet, selon un sondage TNS-Sofres pour le site showroomprive.com. Parmi ceux-là, 85% ont prévu de ne pas débourser plus que l’année dernière pour leurs cadeaux de Noël, 50% déclarant même vouloir réduire leur budget, complète une autre étude, réalisée pour touslesprix.com. Les e-consommateurs sont par ailleurs près de 64% à avoir commencé leurs emplettes, afin d’étaler leurs dépenses sur plusieurs mois. Seuls 15% disent attendre la dernière minute.

La course aux jouets

La demande actuelle est donc énorme et, pour le moment, les grandes enseignes jouent le jeu. «Promotions», «soldes», «boutiques de Noël»… Elles rivalisent d’offres pour attirer les clients. Résultat: sur le marché du jouet, le mois de novembre est le deuxième mois le moins cher de l’année derrière juillet, indique touslesprix.com. Attendre un mois de plus vous expose, en revanche, à de mauvaises surprises: en décembre 2013, les jouets ont vu leur prix augmenter de 2% par rapport au mois précédent. Et ce n’est qu’une moyenne… «Sur un total de neuf produits, entre le 1er octobre et le 20 décembre de l’année dernière, six ont connu une flambée de leur prix, celle-ci pouvant aller jusqu’à 40%», explique Jean-Christophe Janicot, fondateur de touslesprix.com.

Outre cette inflation des prix, attendre le mois de décembre présente pour le consommateur le risque d’affronter une pénurie de certains produits, en particuliers des jouets. L’épreuve ultime étant ensuite la confrontation avec son enfant, découvrant le 25 décembre au matin que les Playmobil qu’il avait commandés au père Noël se sont transformés en jeu de construction discount… Cette année encore, Jean-Christophe Janicot a identifié plusieurs articles, récompensés par des jurys, qui devraient bien figurer sur les listes des enfants: le Trampoline Zebra, le MagFormers 30, l’ExploraGlobe, le Lego Chima Temple du Phoenix de feu, le Zoomer Dino, ou encore le Furby Boom. Autant de jouets dont le nombre pourrait évoluer de manière inversement proportionnelle à leur prix en décembre…

Au final, le temps joue en faveur des sites et des magasins au détriment des consommateurs. Selon une étude de WL Panel, le mois de décembre est traditionnellement le deuxième mois de l’année en volume de transactions pour l’e-commerce. Et pas seulement en raison des dernières heures avant le jour J. Le premier week-end du mois constitue le deuxième pic d’achats sur une année, derrière le premier jour des soldes d'hiver, toujours en volume de transactions. Autrement dit, les enfants seraient bien inspirés de terminer leur liste de cadeaux dès maintenant s’ils veulent faire plaisir à papa et maman.