Tourisme: La saison de ski démarre sur une bonne pente

VACANCES Les réservations sont en hausse par rapport à 2013 selon une étude du cabinet Protourisme…

C.P. avec AFP
— 
Illustration sur Meribel-Mottaret, en Savoie.
Illustration sur Meribel-Mottaret, en Savoie. — COUTIER BRUNO/SIPA

Les premiers flocons qui tombent, des stations de sport d’hiver qui s’apprêtent à ouvrir et des réservations en avance: les professionnels du tourisme ont plutôt le sourire avant l'ouverture cette nouvelle saison de ski 2014-2015.

«Configuration idéale».

Selon le cabinet d'étude Protourisme, avec une hausse de 2% des nuitées réservées par rapport à novembre 2013,  les semaines de Noël et du Nouvel an sont d'ores et déjà «plutôt bien pourvues», tandis que les taux de remplissage des vacances de février et de Pâques, «en avance au regard de la saison dernière», laissent espérer un bon début d'année 2015.

«Bon nombre de clients hésitent toutefois encore à réserver car les prix restent élevés», détaille le directeur du cabinet Didier Arino, évoquant «une baisse du pouvoir d'achat de la clientèle française» et «des interrogations» sur la clientèle russe, qu'il prédit moins nombreuse cette année.

Pour le délégué général de Domaines skiables de France (DSF) Laurent Reynaud, qui représente plus de 200 stations dans l'Hexagone, l'accueil des premiers skieurs s'effectue dans une «configuration idéale». Selon DSF, 155 millions d'euros ont été investis cet été par les stations de ski françaises dans des remontées mécaniques neuves.

«On a eu un très bel automne qui a permis de finaliser les travaux. L'abaissement des températures va rendre possible le lancement les campagnes d'enneigement de culture», explique Laurent Reynaud.

Aléas météo et calendrier scolaire

Côté fréquentation des pistes, les professionnels rappellent qu'il est encore trop tôt pour faire des pronostics. Celle-ci avait connu des hauts et des bas lors de la saison 2013/14, jugée «moyenne» en raison d'une «météo détestable de décembre à février».

«Nous avions été très dépendants de la clientèle étrangère. Le contexte de crise à l'international pourrait de nouveau jouer en faveur de la montagne et la rendre encore plus compétitive que l'an passé, notamment en France», analyse Didier Arino.

«Le seul paramètre connu à l'avance, c'est la configuration du calendrier scolaire. Les ajustements mineurs qui ont été apportés en début d'année 2014 ne changent pas la donne et le problème des vacances de printemps va de nouveau se poser», conclut Laurent Reynaud.

Selon l'Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM), le décalage des vacances de printemps d'une semaine depuis l'hiver 2010-2011, «a réduit de 70% la fréquentation des domaines skiables sur cette période», avec des conséquences pour l'emploi en stations de montagne.