Eckert à la Commission : Il faut de «l'humilité» dans les prévisions

BUDGET La Commission européenne prévoit que le déficit public va s'aggraver et s'établir à 4,5% en 2015 et à 4,7% en 2016...

20 Minutes avec AFP

— 

Le secrétaire d'Etat en charge du Budget Christian Eckert.
Le secrétaire d'Etat en charge du Budget Christian Eckert. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Le secrétaire d'État au Budget Christian Eckert a appelé mardi à «l'humilité» la Commission européenne, qui ne croit pas que la France tiendra ses objectifs budgétaires, en lui demandant plutôt de conduire une autre politique économique et de «relance de l'investissement».

«Tout ça mérite beaucoup de recul»

«La Commission de Bruxelles parle de 2016 et 2017 sans connaître les mesures qui ne sont pas encore votées dans la loi de finances 2015, et encore moins dans celle de 2016. Je pense qu'il faut beaucoup de prudence et d'humilité par rapport aux prévisions», a-t-il déclaré dans les couloirs de l'Assemblée, notant par exemple qu'il y a six mois «personne ne pensait qu'il y aurait une inflation aussi faible».

«Aujourd'hui, on nous fait des prévisions à la dernière décimale près, tout ça mérite beaucoup de recul», a-t-il insisté.

«Ce n'est pas la France qui est en jeu particulièrement»

«Je suis parfaitement serein, nous travaillons, nous avons une ligne de conduite qui consiste à réduire les déficits, à ne pas casser la croissance et à demander à l'Europe de conduire une autre politique au plan monétaire - c'est déjà bien en marche - et maintenant sur le plan économique et de la relance de l'investissement», a lancé le secrétaire d'État.

«C'est ça le combat européen qu'il faut mener, ce n'est pas la France qui est en jeu particulièrement», a-t-il conclu.

Bruxelles ne croit pas que la France tiendra ses objectifs budgétaires l'an prochain, et estime même que la situation va s'aggraver en 2016, éloignant le scénario d'un retour sous 3% l'année suivante comme le promet Paris. A politique inchangée, la France présentera en 2016 le déficit le plus élevé de toute la zone euro, selon les prévisions de la Commission européenne publiées mardi.