Simplification des entreprises: «Nous avons la fiche de paie la plus chère de l’Union européenne»

ECONOMIE La simplification du bulletin de paie entrera bien en vigueur le 1er janvier 2016 et non en 2015…

Romain Lescurieux

— 

Fiche de paie, bulletin de salaire, illustration.
Fiche de paie, bulletin de salaire, illustration. — A. GELEBART / 20 MINUTES

«Comment voulez-vous que cette mesure entre en vigueur dans deux mois?». Ce lundi Laurent Grandguillaume, coprésident du Conseil de la simplification pour les entreprises a mis les choses au clair. Contrairement à plusieurs informations divulguées ce lundi matin, «la simplification du bulletin de paie entrera bien en vigueur le 1er janvier 2016» et non en 2015, explique-t-il à 20 Minutes. C’est-à-dire comme prévu, initialement.

«Tout n’est pas encore arbitré»

Du côté de l’entourage de Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de la Réforme de l’Etat et de la simplification, on ne s'avance pas sur une date. On affirme seulement que «les détails» de ce changement –qui concernera 21 millions de salariés- seront dévoilés jeudi, lors de la présentation au gouvernement des 50 mesures pour faciliter la gestion de l’entreprise.

Ce plan s'inscrit dans le cadre d’un bilan du choc de simplification, lancé il y a 18 mois, pour lutter contre la lourdeur administrative à la française et qui doit servir, à terme, au pacte de responsabilité voulu par François Hollande.

Si «tout n’est pas encore arbitré», concernant les modifications du bulletin de paie, ajoute Laurent Grandguillaume, les objectifs et les contours principaux seront néanmoins présentés à plusieurs ministres: François Rebsamen, Ségolène Royal ou encore Michel Sapin, et au président de la République. Mais dans le fond, le député de Côte d'Or rappelle que le projet initial n'a pas changé.

«Nous avons la fiche de paie la plus complexe et la plus chère de l’Union européenne»

Exit les lignes incompréhensibles et les successions de chiffres mystérieux. «Le but est de rendre cette fiche de paie lisible pour que les Français comprennent à quoi ils contribuent», mentionne-t-il. Notre fiche de paie devrait donc tenir en une page et en une dizaine de lignes. Salaire brut, primes, couverture santé… Les salariés pourront aussi savoir combien ils versent chaque mois pour abonder le système de retraite ou pour financer les prestations familiales.

«Il fallait que ça change, surtout par rapport aux pays voisins. Nous avons la fiche de paie, la plus complexe et la plus chère de l’Union européenne», dit Laurent Grandguillaume. Car pour le moment, le traitement d'une fiche de paie coûte «entre 20 et 22 euros par mois et par salariés», mentionne l’entourage de Thierry Mandon. «C’est deux fois plus cher que dans le reste de l’Europe», renchérit de son côté le coprésident du Conseil de la simplification pour les entreprises. Grâce à cette simplification, les entreprises devraient donc consacrer moins de temps à réaliser cette tâche, et devraient économiser de l’argent.

Un intermédiaire entre les entreprises et les organismes collecteurs

Néanmoins, le gros des économies, estimées «entre un et deux milliards d’euros», selon une source proche du secrétaire d'Etat chargé à la réforme de l'Etat, sera réalisé via un autre chantier: La simplification du système des organismes collecteurs.

«A partir du 1er janvier 2016, la déclaration sociale nominative sera généralisée», mentionne une source proche du dossier. Car pour simplifier les fiches de paie, il faut d’abord réorganiser et surtout, limiter le nombre d’organismes collecteurs, ces entités chargées de recouvrer les prélèvements sociaux.

En fait, «il y aura un intermédiaire pour toutes les entreprises. Un organisme sera entre elles et les organismes collecteurs. C’est cette simplification qui permettra de générer des économies», ajoute-t-elle, en ne donnant néanmoins pas plus de détails concrets sur sa mise en œuvre.