Abattoir GAD: Le tribunal valide l'offre de reprise par une filiale d'Intermarché

EMPLOI La proposition prévoit de reprendre 530 postes sur 755...

20 Minutes avec AFP

— 

The commercial court in Rennes decides thursday on the takeover offer of Gad pig slaughterhouse in Josselin, in liquidation./PATTIERMATHIEU_pattier1457.04/Credit:MATHIEU PATTIER/SIPA/1410151506
The commercial court in Rennes decides thursday on the takeover offer of Gad pig slaughterhouse in Josselin, in liquidation./PATTIERMATHIEU_pattier1457.04/Credit:MATHIEU PATTIER/SIPA/1410151506 — SIPA

Le tribunal de commerce de Rennes a validé jeudi l'offre de reprise de l'abattoir de porcs Gad à Josselin (Morbihan), en liquidation judiciaire, par une filiale d'Intermarché qui prévoit de reprendre 530 postes sur 755. La SVA Jean Rozé, filiale de production de viande d'Intermarché, s'est également engagée à investir quelque 20 millions d'euros sur le site de Josselin, a rappelé le président du tribunal.

En liquidation judiciaire depuis le 11 septembre

Elle avait également indiqué qu'elle proposerait une centaine d'emplois sur d'autres sites du groupe aux salariés concernés par la restructuration de l'abattoir. Dès vendredi, «il y aura une liste avec les personnes qui seraient reprises et celles qui seraient licenciables», a affirmé Patrick Piguel, représentant CFDT, après le rendu du délibéré. «Ca va être terrible mais c'est le choix de la direction», a-t-il ajouté.

La SVA Jean Rozé était seule «en capacité de reprendre une activité comme la nôtre dans une filière délabrée et dans une situation difficile», a-t-il également dit. Confronté à des problèmes de trésorerie, Gad SAS, spécialisé dans l'abattage et la transformation de porcs, avait été placé le 11 septembre en liquidation judiciaire avec une poursuite d'activité de trois mois.

Les deux autres sites de Gad SAS à Lampaul-Guimiliau (Finistère), qui emploient 71 personnes au total - l'unité «salé fumé» (58 postes) et l'unité «graisse animale» (13 postes) - n'étaient pas concernés par l'offre de reprise de la SVA Jean Rozé. Quelque 900 personnes avaient été licenciées il y a près d'un an dans cet abattoir finistérien.