Wall Street finit en forte hausse, regardant vers l'économie américaine

© 2014 AFP

— 

Des boursiers en activité à Wall Street, le marché boursier new-yorkais, le 17 octobre 2014
Des boursiers en activité à Wall Street, le marché boursier new-yorkais, le 17 octobre 2014 — Jewel Samad AFP

Wall Street a retrouvé le sourire vendredi, au dernier jour d'une semaine très volatile, stimulée par de bonnes nouvelles économiques aux Etats-Unis et des espoirs de coups de pouce monétaires: le Dow Jones a grimpé de 1,63% et le Nasdaq de 0,97%.

Selon les résultats à la clôture, le Dow Jones a décollé de 263,17 points à 16.380,41 points, mettant fin à six séances consécutives de recul, et le Nasdaq, à dominante technologique, s'est apprécié de 41,05 points à 4.258,44 points.

L'indice élargi S&P 500 s'est adjugé 1,29% ou 24,00 points points à 1.886,76 points.

«Le marché se porte beaucoup mieux aujourd'hui, (...) et l'on voit que l'aversion au risque commence à perdre du terrain», a noté, Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

La progression inattendue du moral des ménages américains en octobre par rapport à septembre, un signe de bon augure pour l'économie américaine dont la consommation est le grand moteur, a été particulièrement bien accueillie.

Dans le secteur très surveillé de l'immobilier aux Etats-Unis, les mises en chantier de logements ont rebondi comme attendu en septembre.

A l'inverse de l'activité européenne, qui inquiète, «l'économie américaine affiche des assises solides», a estimé Jack Ablin, de BMO Private Bank.

La Bourse new-yorkaise avait entamé un mouvement de rebond la veille, dopé par des commentaires du patron d'une antenne locale de la Réserve fédérale américaine (Fed) laissant entendre que la banque centrale pourrait garder un ton accommodant un peu plus longtemps que prévu.

James Bullard avait indiqué que la banque centrale pourrait «considérer faire une pause» dans la réduction de ses rachats d'actifs prévue fin octobre.

Ces propos sont restés dans les esprits vendredi de même que des commentaires en Europe alimentant «les spéculations sur des mesures de relance monétaire supplémentaires pour lutter contre le ralentissement de la croissance mondiale», ont relevé les experts de la banque Wells Fargo.

Un membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), Benoît Coeuré, a indiqué vendredi que l'institution commencerait «dans les prochains jours» le rachat d'actifs destinés à fluidifier le crédit dans la zone euro et relancer son économie en berne.

Les bons résultats du conglomérat General Electric, une valeur du Dow Jones, et de la banque Morgan Stanley ont aussi apporté du soutien aux indices, même si le géant internet Google a déçu.

Sur le marché du pétrole, en déroute depuis la mi-juin, les prix se sont aussi stabilisés à New York comme à Londres.

- Bons résultats mais Google déçoit -

Souvent considéré comme un baromètre de l'économie américaine, le conglomérat américain GE a dégagé au troisième trimestre un bénéfice net en hausse, supérieur aux attentes. Son titre a gagné 2,35% à 24,82 dollars.

La banque d'affaires Morgan Stanley (+2,12% à 33,22 dollars) a elle presque doublé ses bénéfices trimestriels, tandis que le géant internet Google (-2,60% à 522,97 dollars) a fait état d'un bénéfice net en baisse au troisième trimestre et de données mitigées sur les performances de son activité clé de publicité en ligne.

Le groupe industriel Honeywell, dont le bénéfice trimestriel a progressé de presque 18% et a amélioré ses prévisions de bénéfice par action pour l'ensemble de l'année, a avancé de 4,25% à 90,06 dollars.

Le premier croisiériste mondial, l'américain Carnival Corporation, qui a confirmé vendredi avoir à bord de l'un de ses bateaux de croisière une employée de l'hôpital texan, qui aurait pu être en contact avec le patient décédé d'Ebola à Dallas, a avancé de 0,66% à 34,92 dollars. Son titre avait nettement glissé en cours d'échanges électroniques.

Le constructeur General Motors, qui a annoncé vendredi le départ de son directeur juridique, Mike Millikin, mis en cause dans l'affaire de rappels massifs tardifs de voitures liés à 27 morts pour l'instant, s'est apprécié de 1,00% à 30,24 dollars.

Le marché obligataire a reculé, signe d'une relative désaffection des investisseurs pour cet investissement jugé plus sûr. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,199% contre 2,153% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,968% contre 2,936% la veille.

Nasdaq Nyse