La Suisse abaisse ses prévisions de croissance pour 2014 et 2015

© 2014 AFP

— 

L'OCDE a annoncé que la Suisse, longtemps arc-boutée sur son secret bancaire, allait signer mardi une convention multilatérale portant sur l'assistance mutuelle en matière fiscale, une étape qualifiée de "très significative" par l'organisation
L'OCDE a annoncé que la Suisse, longtemps arc-boutée sur son secret bancaire, allait signer mardi une convention multilatérale portant sur l'assistance mutuelle en matière fiscale, une étape qualifiée de "très significative" par l'organisation — Fabrice Coffrini AFP

La Suisse a révisé à 1,8% au lieu de 2,0% précédemment sa prévision de croissance pour l'année 2014, selon un communiqué publié jeudi par le secrétariat d'Etat à l'Economie (Seco).

La révision concerne également l'année 2015, pour laquelle Berne s'attend désormais à une croissance de 2,4%, au lieu de 2,6% annoncé en juin dernier.

Le Seco explique ces révisions par «l'instabilité de l’économie mondiale, notamment l’essoufflement de la reprise dans la zone euro».

De ce fait, la «conjoncture suisse a elle aussi perdu de l’élan depuis le printemps 2014».

«Même si les prévisions restent relativement positives pour l’économie suisse, les risques conjoncturels se sont sensiblement accrus ces derniers mois. La dégradation récente des indicateurs de court terme pour la zone euro et également en Allemagne crée un contexte qui diffère sensiblement de celui de juin dernier», lors des précédents prévisions, détaille le Seco.

Toutefois, le groupe d'experts auteur de l'analyse sur laquelle le Seco fonde ses prévisions «part du principe que les récents signes de faiblesse envoyés par l’économie suisse ne représentent qu’une pause dans l’évolution conjoncturelle et que la dynamique économique devrait à nouveau se consolider progressivement».

Le Seco estime encore que le recul du chômage en Suisse devrait intervenir plus tard et s’amorcer seulement en 2015.