Cessions d'actifs, professions réglementées, autoroutes...: Macron présente les mesures de la loi pour l'activité

POLITIQUE Après avoir dévoilé les grandes lignes de ses mesures en Conseil des ministres, il les a présentées à la presse...

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre des Finances Emmanuel Macron à son arrivée le 7 octobre 2014 à l'Elysée à Paris
Le ministre des Finances Emmanuel Macron à son arrivée le 7 octobre 2014 à l'Elysée à Paris — Alain Jocard AFP

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a présenté ce mercredi les grandes lignes des mesures prévues dans son projet de loi pour l'activité, d'abord en Conseil des ministres puis au cours d'une conférence de presse.

Le ministre a ainsi annoncé que le gouvernement prévoit de céder «entre cinq et dix milliards d'euros d'actifs» de l'Etat «dans les 18 prochains mois». Le ministre des Finances Michel Sapin avait indiqué le 5 octobre que l'Etat céderait l'an prochain bien plus d'actifs que les 4 milliards d'euros minimum inscrits au projet de budget 2015 et qui doivent être affectés au désendettement, afin de pouvoir financer des investissements dans des secteurs porteurs.

Professions réglementées

Le projet de loi pour l'activité autorisera par ailleurs les pharmacies et les professionnels du droit à ouvrir le capital de leurs sociétés, mais uniquement à d'autres membres de leur profession, a annoncé ce mercredi le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, au cours d'une conférence de presse.

«Il ne s'agit pas de financiariser» le secteur, a cependant précisé le ministre. Les professions réglementées s'inquiétaient d'une éventuelle autorisation faite aux groupes financiers de détenir le capital de pharmacies, de cabinets d'avocats et autres études de notaires.

«Mieux réguler»

Emmanuel Macron a par ailleurs indiqué qu'il souhaitait renforcer la régulation des sociétés d'autoroute. Il souhaite «mieux réguler» les concessions avec les sociétés privées pour faire évoluer les tarifs des péages et les montants investis par les sociétés d'autoroutes. Le ministre suit ainsi l'une des recommandation de l'Autorité de la concurrence qui, à la mi-septembre, avait constaté «la rentabilité exceptionnelle» de ces sociétés et noté «la nécessité d'une meilleure régulation du secteur».

Douze ouvertures dominicales par an

Enfin, le ministre souhaite assouplir les règles du travail du dimanche dans les commerces non alimentaires et autoriser jusqu'à 12 ouvertures dominicales par an, dans son projet de loi sur l'activité.