Qui est Henri Proglio, l’homme de réseaux qui n’a pas été reconduit à la tête d’EDF

PORTRAIT Il disposait pourtant de soutiens importants à gauche comme à droite…

Bertrand de Volontat
— 
Henri Proglio à Saclay le 10 octobre 2013
Henri Proglio à Saclay le 10 octobre 2013 — Patrick Kovarik AFP

HP2 n’aura pas lieu. Henri Proglio, dit HP, ne sera pas reconduit pour un second mandat comme PDG du géant français de l'électricité EDF, dont l’Etat est actionnaire majoritaire avec 84,5% du capital. Il sera remplacé le 22 novembre prochain par l'actuel dirigeant de Thales et ancien patron de Vivendi, Jean-Bernard Lévy, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier*. Une décision qui marque un second tournant dans la semaine pour l’électricien français, présent notamment sur le salon WNE au Bourget, au lendemain du vote de la loi sur la transition énergétique limitant d’ici 2025 à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité.

Un choix politique?

En prenant cette décision, le gouvernement veut montrer qu’il n’a pas été obligé de renouveler Proglio, connu pour ses puissants réseaux, candidat à sa propre succession et pourtant donné favori jusqu'à ces dernières semaines faute de réelle opposition. Une décision politique? Une source gouvernementale interrogée par l’AFP dans la semaine assure qu’il n’en est rien.

Diplômé d’HEC entré chez Veolia en 1972 (alors Compagnie des Eaux), il avait été nommé à la tête d’EDF en 2009 par Nicolas Sarkozy et disposait de soutiens au gouvernement et au PS. L'arrivée au pouvoir de François Hollande en 2012 avait pourtant failli coûter sa place à l'ex-homme fort de Veolia, chiraquien de cœur converti au sarkozysme. Il paye ainsi aujourd’hui la polémique sur sa double rémunération, qui l’a forcé à abandonner son poste de président de Veolia en 2010 et aussi ses attaques contre le programme énergétique de François Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012.

Un président au bon bilan

Au sein du groupe EDF, la décision va surprendre. «Son bilan plaide en sa faveur et l'entreprise est derrière lui, assurait-on chez EDF. Cela serait une onde de choc en interne s'il n'était pas renouvelé. Les gens sont persuadés que c'est l'intérêt de l'entreprise qui l'emportera sur des considérations politiques». S’il avait été réélu, HP serait resté en place un peu moins de trois ans, jusqu'à ce qu'il atteigne la limite d'âge de 68 ans, le 29 juin 2017.

*La décision du gouvernement doit être officialisée au plus tard jeudi matin, puisqu'un conseil d'administration d'EDF est programmé dans la foulée d'une réunion du comité des nominations. Ce conseil doit arrêter la liste des 12 administrateurs indépendants ou représentant l'Etat, parmi lesquels figure le prochain dirigeant. Sa nomination sera soumise au vote d'une assemblée générale extraordinaire programmée le 21 novembre, à la veille de la fin du mandat du PDG actuel.