Euro: Un dollar fort arrange-t-il les affaires de la France?

MONNAIE L'euro a récemment atteint un plus bas de plus de deux ans face au dollar…

Bertrand de Volontat

— 

L'euro est tombé à son plus bas niveau depuis deux ans face à un dollar revigoré
L'euro est tombé à son plus bas niveau depuis deux ans face à un dollar revigoré — Philippe Huguen AFP

Ce lundi, la monnaie unique européenne valait 1,2522 dollar, contre 1,2514 dollar vendredi. Malgré le léger rebond de la devise européenne en début de semaine, l’euro est sur une tendance baissière, après avoir atteint son plus haut à 1,60 dollar en 2008. En quatre mois l’euro s’est déprécié de 9,9%.

Longtemps souhaitée par l’ancien ministre Arnaud Montebourg, qui appelait de ses voeux une dévaluation de 10% en février dernier, et par certains économistes, cette chute de la valeur de l’euro aura des conséquences variées pour l’Hexagone. 20 Minutes fait le point.

Pour le commerce: une aubaine pour les exportations

Les exportations françaises, aujourd’hui les plus faibles de l’Union européenne, devraient retrouver leur dynamisme, les produits nationaux voyant leur compétitivité-prix remonter sur les marchés mondiaux. L’euro faible devrait convaincre les investisseurs de s’installer en Europe. Les entreprises purement importatrices devraient en revanche souffrir de cette tendance baissière de la monnaie.

Pour la consommation française: il y aura un effet positif

«Il n’y aura pas à craindre de flambée inflationniste avec un euro plus faible», affirme Marc Touati, président du cabinet de conseil Acdefi et auteur du livre Le dictionnaire terrifiant de la dette. L'euro faible pourrait au contraire faire sortir le pays de la tendance déflationniste. Le pouvoir d’achat des Français sera toutefois affaibli hors de la zone euro, notamment aux Etats-Unis.

>> A relire: Les Français doivent-ils s’inquiéter des risques de déflation?

Pour les matières premières, dont le pétrole, les prix vont continuer à baisser

Plus le dollar monte, plus le cours du pétrole baisse. En effet, un billet vert fort renchérit les achats de brut, libellés en dollars. Résultat: ils deviennent moins attractifs pour les acheteurs munis d'autres devises.

>> A relire: Les prix du carburant sont bas, mais est-ce que cela va durer?

Pour l’économie française, c’est une bonne nouvelle

Une baisse de 10% de l’euro, venant notamment soutenir la compétitivité (prix et hors prix) des firmes hexagonales, correspondrait à une hausse de 0,4 point de croissance pour la France, selon le cabinet Acdefi. «Comme nous partons de zéro, c’est une bonne nouvelle», affirme Marc Touati. Avec un euro sous les 1,15 dollar, son niveau souhaité depuis sa création, la hausse du PIB pourrait même atteindre 0,8 point. «Il faut toutefois attendre 6 à 9 mois pour ressentir les effets de cette baisse», poursuit l’économiste.