Crash d’Air Lib:les députés accusent, la justice tranchera

© 20 minutes

— 

Gestion « opaque », enrichissement personnel : pour Jean-Charles Corbet, le rapport de la commission parlementaire sur la faillite d’Air Lib est accablant. A tel point que les députés ont décidé de le transmettre au parquet. En prenant les commandes de la compagnie, Corbet aurait bénéficié d’une prime d’arrivée de 855 904 E. De quoi laisser soupçonner, selon le rapport, un abus de bien social. En tout état de cause, les dirigeants de Holco – la holding créée par Corbet pour la reprise d’Air Lib – se seraient « fortement enrichis ». Avec leurs avocats et leurs banques conseils, ils auraient reçu près de 29 millions d’euros. Et le mystère demeure sur les comptes des filiales de Holco aux Pays-Bas et au Luxembourg. Le gouvernement Jospin, lui, est épinglé pour le prêt de 30,5 millions d’euros accordé en janvier 2002 à la compagnie, pourtant « irrémédiablement compromise ». Seuls les députés UMP et UDF ont adopté le rapport. La gauche exigeait l’audition d’Ernest-Antoine Seillière, le président du Medef. Sa société Marine Wendel était l’actionnaire majoritaire d’AOM-Air Liberté jusqu’à son dépôt de bilan, en 2001. Et sa reprise par Corbet.