Corbet, l’homme du sauvetage impossible

© 20 minutes

— 

Quatre mois après la liquidation d’Air Lib, Jean-Charles Corbet doit donc, une nouvelle fois, tenter de défendre sa gestion. En l’occurrence, un enchaînement de tentatives de sauvetage avortées. En juillet 2001, l’ex-pilote d’Air France et la société qu’il a créée pour l’occasion, Holco, reprennent AOM-Air Liberté, placée en dépôt de bilan le mois précédent. Rebaptisée Air Lib, la compagnie multiplie, dès lors, les plans de restructuration. En pure perte. Le 6 février dernier, l’épilogue intervient. Coup sur coup, Air Lib perd sa licence d’exploitation – son autorisation de vol – et son dernier espoir : après avoir soufflé le chaud et le froid, le hollandais Imca renonce à lui porter secours. Le 17 février, la liquidation judiciaire est prononcée. A ce jour, sur les 2 300 salariés inscrits à la cellule de reclassement, seuls 13 % ont retrouvé un emploi d’une durée supérieure à six mois.