Merck touché au cœur

— 

Le groupe pharmaceutique américain Merck a été condamné en appel à verser 47,5 millions de dollars d'indemnités et de dommages à un couple pour défaut d'informations sur son anti-inflammatoire Vioxx, qui présente un risque cardiovasculaire.

Les plaignants, Frederick Humeston, 56 ans, et sa femme Mary, ont gagné le gros lot en appel auprès d'un tribunal d'Atlantic City, la ville des casinos du New Jersey, alors qu'ils avaient perdu un premier procès en novembre 2005. Ils vont recevoir 20 millions de dollars d'indemnités, auxquelles s'ajoutent 27,5 millions de dommages.

Le tribunal a cette fois jugé que l'utilisation du Vioxx par Frederick Humeston, un ancien combattant du Vietnam, était responsable de son attaque cardiaque de septembre 2001.
 
«Ce verdict est significatif car Frederick Humeston a pris du Vioxx pendant seulement deux mois avant son attaque. Le jury a rejeté l'argument de Merck, selon lequel il n'y avait pas de risques cardiovasculaires supplémentaires avant 18 mois d'usage continu» du Vioxx, souligne le cabinet.

13 procès, 4 perdus
   
Merck avait retiré son anti-inflammatoire du marché, en septembre 2004, après la publication d'une étude interne montrant que la prise de ce médicament doublait les risques d'accident cardiaque, après au moins 18 mois de traitement.

Le groupe fait depuis l'objet de plusieurs milliers de plaintes en justice aux Etats-Unis, dont certaines procédures en nom collectif. Selon Merck, sur les 13 procès, qui ont été déjà instruits et se sont terminés sur un verdict, le groupe en a gagné neuf et perdu quatre.