Intermittents: Journée de grève et de manifestations

SOCIAL Les intermittents du spectacle manifestent mercredi à la veille d'une réunion de concertation sur la refonte de leur régime d'assurance chômage ...

20 Minutes avec AFP

— 

Des intermittents du spectacle protestent contre la réforme de l'assurance chômage au festival d'Avignon le 19 juillet 2014
Des intermittents du spectacle protestent contre la réforme de l'assurance chômage au festival d'Avignon le 19 juillet 2014 — ANnne-Christine Poujoulat AFP

Les intermittents du spectacle manifestent mercredi pour la première fois depuis la rentrée pour exiger un calendrier précis de discussions sur leur régime d'assurance chômage, à la veille d'une nouvelle réunion de concertation sur la «refonte» de ce régime.

A Paris, une manifestation doit partir à 14h du ministère du Travail, rue de Grenelle, pour se rendre au Palais Royal, au ministère de la Culture. Des rassemblements sont aussi prévus dans une quinzaine de villes en régions, dont Montpellier, Bordeaux, Lyon, Poitiers et Rennes, selon le site de la CGT Spectacle. Les intermittents contestent la convention d'assurance chômage signée en mars dernier, qui durcit leurs règles d'indemnisation

La discussion reprend jeudi

Le Premier ministre Manuel Valls avait réussi in extrémis à désamorcer la menace d'annulations en chaîne des grands festivals en installant une mission de «concertation», qui a travaillé tout le mois de juillet avant de suspendre ses travaux en août.

Cette mission menée par trois médiateurs, dont le député PS Jean-Patrick Gille, a convoqué jeudi matin toutes les parties concernées: les signataires de la convention contestée comme le Medef et la CFDT, la CGT, non signataire, la coordination des intermittents et précaires, et les employeurs du spectacle (Syndeac). Le syndicat a été reçu jeudi dernier par la nouvelle ministre de la Culture, Fleur Pellerin. «Nous accueillons favorablement le fait qu'elle envisage, si la concertation n'aboutit pas, de recourir à la loi», précise  Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT Spectacle.

Fleur Pellerin a en effet assuré la semaine dernière dans un entretien au Monde qu'elle n'excluait pas, en l'absence d'un consensus, de recourir à la loi, avant de préciser dans un second temps qu'il fallait «laisser toute sa chance à la négociation».

Les ministres toujours  persona non grata

La mission doit faire ses propositions au gouvernement avant la fin décembre. Le député Jean-Patrick Gille, qui pilote la concertation avec l'ancienne codirectrice du festival d'Avignon Hortense Archambault et l'ex-inspecteur du travail Jean-Denis Combrexelle, doit proposer jeudi «un calendrier de réunion». «On se donne tout le mois d'octobre pour voir si en discutant on peut faire bouger les lignes, les choses sont mûres», assure le député.

D'un côté, le Medef et la CFDT s'opposent à une renégociation de la convention avant la date prévue de 2016. De l'autre, les intermittents et leurs représentants souhaitent des améliorations de leurs conditions d'indemnisation, comme le retour à une date anniversaire annuelle pour le calcul des droits, une meilleure prise en compte des congés maladies et maternité pour les «maternittantes».