La Poste: Hausse inédite du prix du timbre au 1er janvier 2015

LA POSTE Cette hausse est justifiée selon la direction de la Poste par la nécessité de compenser la baisse de l'activité...

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo de la Poste
Le logo de la Poste — Philippe Huguen AFP

La Poste a annoncé que les tarifs du courrier augmenteraient en moyenne de 7% au 1er janvier 2015, soit la hausse la plus élevée de son histoire, justifiée selon elle par la nécessité de compenser la baisse de l'activité et de financer ses investissements.

«Dans le détail, la lettre prioritaire à timbre rouge passe de 0,66 à 0,76 euros, et la lettre verte à timbre vert passe de 0,61 à 0,68 euros», a expliqué à l'AFP Nicolas Routier, directeur général de la branche Services-Courrier-Colis.

Cette hausse à l'ampleur inédite était attendue après le feu vert délivré le 22 juillet par l'Autorité des télécoms, l'Arcep, à La Poste l'autorisant à augmenter ses tarifs de 5,2% en moyenne par an pendant quatre ans, en prenant en compte un taux moyen d'inflation d'1,7% sur la période. Compte tenu des difficultés de l'entreprise, l'Arcep lui avait également permis d'utiliser dès le 1er janvier 2015 jusqu'à 50% de l'enveloppe globale prévue sur l'ensemble des quatre ans.

«Continuer à investir»

«Nous avons utilisé environ 40% du panier tarifaire sur les quatre ans, en conformité avec la décision de l'Arcep, ce qui veut dire aussi que cette hausse n'est pas destinée à être reproduite dans son ampleur », a souligné Nicolas Routier.«On a voulu faire un ajustement important cette année parce qu'il y avait une situation de nécessité de rétablir notre modèle économique et de pouvoir continuer à investir», a-t-il admis.

Les tarifs du courrier avaient augmenté en moyenne de 2,8% au 1er janvier 2013 et de 3% au 1er janvier 2014. Parallèlement à la hausse de 7% des tarifs du courrier, les colis enregistreront pour leur part dans trois mois une hausse de 1% de leurs tarifs en moyenne.

Le patron du courrier relativise l'impact pour les ménages français dont le budget annuel en produits postaux s'élève en moyenne à 46 euros: « compte tenu de l'évolution des volumes et des tarifs, il va augmenter de moins de quatre euros», assure-t-il. Pour Nicolas Routier, cette hausse est nécessaire car elle s'inscrit dans «une stratégie de maintien d'un service universel très étendu et d'un haut niveau de qualité en conformité avec notre plan pour l'horizon 2020».

Des hausses un peu partout en Europe

Le groupe La Poste est en effet confronté depuis plusieurs années à une chute très importante du nombre de plis adressés.«Là où nous étions encore à 18 milliards de plis en 2008, nous serons à 13 milliards en 2015 et tout indique que nous atteindrons 9 milliards dans six ans», précise le patron du courrier.

Pour tenter de minimiser un effet malvenu en temps de crise, Nicolas Routier pointe les hausses de tarifs plus précoces et plus fortes enregistrées entre 2011 et 2014 dans de nombreux pays européens qui bénéficient en outre de caractéristiques géographiques moins contraignantes.

Si le Royaume-Uni (46% d'augmentation tarifaire), le Danemark (53%) et les Pays-Bas (35%) ont bien subi une hausse plus importante par rapport à la France (12%), à l'inverse l'Allemagne (9%), l'Espagne (5%), et la Belgique (8%) ont été moins touchés.