Déficit: La France n'approchera l'équilibre structurel qu'en 2019, au lieu de 2017

FINANCES Le gouvernement table sur une croissance à 1% pour 2015, selon le projet de budget pour 2015 présenté mercredi en conseil des ministres...

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre des Finances Michel Sapin, à l'Elysée le 10 septembre 2014
Le ministre des Finances Michel Sapin, à l'Elysée le 10 septembre 2014 — Patrick Kovarik AFP

La France n'approchera l'équilibre structurel qu'en 2019, au lieu de 2017, prévoit le gouvernement dans son projet de budget pour 2015 présenté ce mercredi en conseil des ministres. L'endiguement des déficits sera plus laborieux que prévu, malgré l'effort d'économies sur les dépenses, mais le gouvernement espère une baisse plus marquée les années suivantes.

Il table sur un pic de dette à 98% du PIB en 2016, avant un reflux. Le déficit public est prévu à 4,3% du PIB en 2015, 3,8% en 2016, 2,8% en 2017.

 

Une croissance de 1% en 2015 selon Bercy

Le gouvernement confirme cependant son objectif de réaliser 21 milliards d'euros d'économies cette année, et 50 milliards sur trois ans: alors que la «progression spontanée» de la dépense publique est de 1,7% par an, elle sera ramenée à 0,2% par an, grâce aux efforts de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale. L'Etat et ses agents réaliseront à eux seuls 7,7 milliards d'euros d'économies, soit un peu plus que prévu (initialement le gouvernement avait annoncé 7 milliards de réduction des dépenses).

 

La dépense publique d'ici 2017 reculera de manière régulière. La dépense publique hors crédits d'impôts accordés devrait passer de 56,5% du produit intérieur brut (PIB) cette année à 56,1% en 2015 puis 55,5% l'année suivante et 54,5% en 2017.

Le gouvernement attend aussi une accélération progressive de la croissance comme de l'inflation. La croissance, attendue à seulement 0,4% cette année, devrait accélérer à 1% en 2015, 1,7% en 2016, 1,9% en 2017 puis 2% lors des deux années suivantes. L'inflation, dont la faiblesse suscite des inquiétudes dans toute la zone euro, devrait elle passer graduellement de 0,5% en 2014 à 1,8% en 2019, en passant par 0,9% en 2015 (hors tabac).

Les prélèvements obligatoires stables d'ici à 2017

Le taux de prélèvements obligatoires en France devrait peu évoluer d'ici 2017, malgré les efforts prévus de baisses d'impôts. Les impôts, taxes et cotisations sociales des ménages et entreprises devraient atteindre 44,6% du Produit intérieur brut (PIB) l'an prochain, après 44,7% cette année et rester quasi stables à 44,5% et 44,4% en 2016 et 2017.

L'Etat cèdera au moins quatre milliards d'euros d'actifs publics pour réduire la dette de la France en 2015.

Augmentation du diesel

Le gouvernement a confirmé qu'il procèderait à une augmentation de 2 centimes par litre de la taxe sur le diesel, dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) pour 2015.

«Le financement des dépenses de mobilité des contrats de plan Etat/régions sera assuré par l'AFITF (l'Agence de financement des infrastructures de transport de France, NDLR), qui bénéficiera du péage de transit et du produit d'une augmentation de 2 centimes par litre de la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) sur le diesel», selon le dossier de presse du projet de budget.