Le péage de transit poids-lourds repoussé aux «premiers mois de 2015»

TRANSPORT Cette taxe démarrera au 1er octobre...

20 Minutes avec AFP

— 

Following the governmental rehandling of Manuel Valls, transfer of power between Frederic Cuvillier Secretary of State to Transport and Alain Vidalies, with Segolene Royal, Minister of Ecology, Sustainable Development and Energy, at Ministry of Ecology. Paris, FRANCE - 30/08/2014/HARSIN_1146.27/Credit:ISA HARSIN/SIPA/1408271158
Following the governmental rehandling of Manuel Valls, transfer of power between Frederic Cuvillier Secretary of State to Transport and Alain Vidalies, with Segolene Royal, Minister of Ecology, Sustainable Development and Energy, at Ministry of Ecology. Paris, FRANCE - 30/08/2014/HARSIN_1146.27/Credit:ISA HARSIN/SIPA/1408271158 — SIPA

L'entrée en vigueur du péage de transit poids-lourds, dispositif de financement des infrastructures de transport qui a succédé à l'écotaxe, a été repoussée aux «premiers mois de 2015», a annoncé vendredi le secrétariat d'Etat aux Transports.

«Afin de laisser le temps nécessaire à l'adaptation de ce nouveau dispositif, la mise en service interviendra dans les tous premiers mois de 2015», a annoncé à la presse le secrétariat d'Etat.

«Ce n'est pas une décision de report sine die, mais une question de semaines supplémentaires pour mener à bien l'expérimentation» qui démarrera au 1er octobre, et faire les modifications législatives requises, a expliqué à la presse le secrétaire d'Etat aux Transport Alain Vidalies.

Une majoration calculée au niveau des bassins d'emploi

En effet, a-t-il précisé, l'ancien dispositif de l'écotaxe prévoyait une majoration forfaitaire des tarifs des transporteurs, afin qu'elle soit répercutée sur leurs clients. La majoration devait être calculée au niveau de chaque région.

Mais dans la nouvelle mouture du dispositif, elle devrait être calculée au niveau des bassins d'emploi. «Si le système est validé, cela supose une modification législative. (...) La date du 1er janvier n'est plus un horizon indépassable, nous prendrons le temps de la négociation», a dit Alain Vidalies.