Paquets de cigarettes neutres: Une mesure qui pourrait coûter cher à la France

TABAGISME Les fabricants s'inquiètent d'une forte perte de valeur de leurs marques, et n'excluent pas le recours à des procès...

20 Minutes avec AFP

— 

Un buraliste à Sydney, où les paquets de cigarettes sont neutres, le 1er décembre 2012
Un buraliste à Sydney, où les paquets de cigarettes sont neutres, le 1er décembre 2012 — William West AFP

Face à la probable annonce jeudi de l'instauration en France du paquet de cigarettes « neutre », les fabricants s'inquiètent d'une forte perte de valeur de leurs marques, et n'excluent pas le recours à des procès, qui pourraient coûter cher à la France. « C'est une annonce complètement incompréhensible car elle se calque sur l'expérience australienne qui, plus qu'un échec, est un véritable fiasco », assure Céline Audibert, porte-parole du groupe français Seita, filiale du cigarettier Imperial Tobacco.

Selon elle, « six mois après l'instauration de ce paquet neutre, aucune baisse de la consommation n'a été enregistrée.» Le paquet « neutre » n'est pour l'instant expérimenté qu'en Australie où, depuis décembre 2012, tous les produits du tabac sont vendus dans des paquets uniformes vert olive, dépourvus de logos et avec des avertissements et des photos de malades. L'ambition des autorités australiennes est de faire baisser de 10% à 15% d'ici 2018 le pourcentage des fumeurs dans la population adulte. Mais la mesure s'est heurtée à l'opposition virulente des fabricants.

Une atteinte grave à la propriété intellectuelle?

En revanche, l'Australie a depuis « connu une augmentation de la contrebande et de la contrefaçon », souligne Mme Audibert. La Grande-Bretagne pourrait aussi appliquer le paquet « neutre » prochainement. « Avec ces paquets sans logo, ni marques, on va faciliter la contrefaçon, et l'augmentation du marché parallèle qui représente déjà 25% du marché », estime le président de la confédération des buralistes, Pascal Montredon.

Les cigarettiers dénoncent déjà une « expropriation » de leur droit à la propriété intellectuelle, qui, selon eux, pourrait coûter cher à la France. Avec le paquet neutre, « la marque est bannie, dans un format égal à toutes les cigarettes, sur un fond uniforme : nous perdons donc nos marques, c'est une atteinte grave à la propriété intellectuelle, qui va jusqu'à la spoliation », déplore Céline Audibert.