Mutuelle santé: «Pour bien la choisir, utilisez les comparateurs en ligne»

VOTRE MUTUELLE Comment trouver la meilleure mutuelle santé et à moindre coût?Arnaud Giraudon, expert en assurance, délivre ses conseils...

Adrien Chauvin
— 
Cette semaine, Arnaud Giraudon s'attaque aux mutuelles santés.
Cette semaine, Arnaud Giraudon s'attaque aux mutuelles santés. — BEBERT BRUNO/SIPA

Arnaud Giraudon, expert en assurance et président de AcommeAssure.com, répond chaque vendredi à vos questions en la matière. Chaque semaine, vous lui posez vos questions. Et le jeudi, il répond à l’une d’entre-elles.

Et cette semaine, l’expert vient en aide à François, un internaute qui souhaite changer de mutuelle santé.

La question de la semaine

François: Je souhaite changer de mutuelle santé. Je paye actuellement environ 2.000 euros par an (j'ai 64 ans). Pourriez-vous m'indiquer s'il y a eu récemment une étude comparative entre plusieurs mutuelles faisant ressortir les bons critères de choix ?

La réponse d'Arnaud Giraudon

À 2.000 euros par an, votre mutuelle est effectivement plutôt chère. Pour une personne seule de votre âge, retraitée et affiliée à la Sécurité sociale, on trouve des mutuelles offrant une couverture élevée pour environ 1.000 à 1.200 euros par an. Vous avez donc tout à fait raison de rechercher un nouveau contrat: à garanties égales, vous devriez économiser. C'est aussi l'occasion de revoir votre niveau de protection pour l'adapter à vos besoins actuels.

Il existe peu d'études comparant les différentes complémentaires santé. Les mutuelles sont en effet très nombreuses: environ 700 en France. Chaque contrat se décline en plusieurs niveaux de garanties et se personnalise à l'aide d'options. De plus, les tarifs dépendent de critères propres à l'assuré: son âge, sa situation professionnelle, son lieu de résidence etc. Difficile dans ces conditions de sélectionner des offres qui seraient intéressantes pour tout le monde. Néanmoins, l'association UFC-Que Choisir a passé en revue une sélection de 84 contrats en décembre dernier.

Je vous conseille plutôt d'utiliser un comparateur d'assurances ou de mutuelles en ligne. Il suffit de remplir un formulaire en quelques minutes pour obtenir des devis. Souvent, un conseiller spécialisé vous aide à affiner vos besoins par téléphone.

Comment bien utiliser un comparateur?

1 - Commencez par faire le point sur vos besoins

Ils seront différents selon votre état de santé, les tarifs pratiqués par votre médecin ou vos projets à court et moyen termes. Consultez-vous souvent votre médecin, fait-il beaucoup des dépassements d'honoraires? Suivez-vous un traitement? Avez-vous l'intention de vous racheter une paire de lunettes ou de vous équiper d'une prothèse auditive?

2 - Faites des devis en ligne

Ils sont tous plus ou moins présentés de la même manière : à chaque garantie (consultations, pharmacie, hospitalisation, dentaire, optique) est attribué un niveau de remboursement. Il est souvent exprimé en pourcentage de la base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS), par exemple, 23 euros pour un médecin généraliste. Pour les lunettes et les soins dentaires, les remboursements sont plutôt exprimés en euros. Il s'agit du montant remboursé par votre mutuelle en plus de celui effectué par la Sécu.

3 - Comparez les devis

Étudiez les différents niveaux de remboursement. Certains sites simulent précisément les montants remboursés par la Sécurité sociale et la complémentaire santé. Faites également attention aux éventuels délais de carence, c'est-à-dire à la période de quelques mois suivant la souscription du contrat pendant laquelle une ou plusieurs garanties ne jouent pas. Et surtout, faites vous aider par un conseiller.

>> Vous aussi, profitez de l’expertise d’Arnaud Giraudon. Si vous souhaitez que votre assurance auto, habitation, emprunteur ou santé soit passée à la loupe, envoyez un mail à contribution@20minutes.fr avec une copie de vos conditions particulières et générales.

Nota bene: les informations et conseils donnés ci-dessus le sont à caractère strictement indicatif. Ils ne prennent notamment pas en compte une connaissance exhaustive du contexte de la question posée. Ils ne sauraient, en aucun cas, engager la responsabilité de leur auteur ou de sa société.