VIDEO. Propositions du Medef: «Le gouvernement va-t-il demain se mettre à genoux?», questionne Buffet

REACTIONS Le patronat veut créer un million d’emplois…

W.M.
— 
Le Premier ministre Manuel Valls applaudi par Pierre Gattaz à l'université d'été du Medef le 27 septembre 2014 à Jouy-en-Josas
Le Premier ministre Manuel Valls applaudi par Pierre Gattaz à l'université d'été du Medef le 27 septembre 2014 à Jouy-en-Josas — Eric Piermont AFP

Ça ne passe pas. Les propositions avancées par le Medef pour créer «un million d’emplois» n’enchantent pas les syndicats. Et c’était à prévoir.

L'organisation patronale propose de supprimer des jours fériés et de pouvoir déroger à la durée légale du travail ou au salaire minimum, ont affirmé les Echos ce lundi, citant un document d'une cinquantaine de pages produit par le Medef, intitulé «Comment relancer la dynamique de création d'emplois en France?»

Pas de discussion

Le numéro un du syndicat CFDT, Laurent Berger, a qualifié sur RTL ces propositions de «provocation». «C'est une provocation à double titre. D'abord sur le contenu des mesures. Pour la CFDT il est hors de question d'aller sur ces terrains-là», a dit Laurent Berger.

«Et puis c'est une provocation, parce que la semaine dernière, nous nous sommes réunis avec les organisations patronales et les syndicats pour fixer un agenda social. Nous avons discuté modernisation du dialogue social, nous avons discuté emploi des jeunes, emploi des chômeurs de longue durée, et le Medef n'en a pas parlé de ces propositions. On n'élève pas le débat public en balançant dans la presse des propositions qu'on n'a discutées nulle part ailleurs», a-t-il jugé.

Faire travailler les enfants?

Pour Jean-Claude Mailly, numéro un de FO, le Medef est «dans l'outrance», a-t-il estimé auprès de l'AFP. «A partir du moment où ils font une standing ovation au Premier ministre» Manuel Valls, lors de l'université d'été du Medef le mois dernier, «ils pensent qu'ils influent les pouvoirs publics et ils en rajoutent», a-t-il estimé. «Toutes ces pistes, on les rejette», a déclaré Jean-Claude Mailly, qui s’est interrogé: «La prochaine étape, c'est qu'on va faire travailler les enfants?». Sur BFM TV, il a dit se demander si «on n'était pas le premier avril.»



Mailly: "Je me demandais, si on était le... par BFMTV

Le président de la CFTC, Philippe Louis, s'est insurgé contre une «provocation gratuite» du Medef, jugeant que l'organisation patronale voulait «tirer tout le monde vers le bas». «L'urgence, c'est de remettre les gens au travail, ce n'est pas d'assouplir des règles, [ce qui ne créera] aucun emploi», a-t-il poursuivi sur BFM TV.

Hollande se met à genoux?

Le vice-président du FN, Florian Philippot a estimé que les «propositions choc du Medef illustrent l'absence totale d'imagination du grand patronat». «Elles sont en effet d'une absolue ringardise: suppression de jours fériés, 39h payées 35, baisse du SMIC, etc. Comme toujours, les propositions du Medef ne visent qu'à détricoter le modèle social français (...). Notre pays a besoin d'imaginer de nouvelles pistes de sortie de crise : patriotisme économique, politique monétaire nationale plus efficace, protectionnisme intelligent, soutien massif aux PME et PMI», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Jean-Luc Mélenchon, du Parti de gauche, s'est réjouit qu'un «des principaux points de [son] programme économique de 2012 entre enfin en application. Mais c'est en Equateur qu'il s'applique ! Rafael Correa, président de l'Equateur, vient d'annoncer qu'un salaire maximum proportionnel sera tout prochainement instauré dans les entreprises privées et publiques. De quoi s'agit-il ? Le salaire supérieur dans une entreprise est plafonné à vingt fois maximum le salaire le plus bas.»

«Le gouvernement a joué à l'apprenti sorcier en pliant devant le patronat, va-t-il demain se mettre à genoux?», a questionné Marie-Georges Buffet, du Front de Gauche en Seine-Saint-Denis. «Encore une fois je lui demande de choisir. Soit il se couche une nouvelle fois devant les exigences du CAC 40, soit il respecte les femmes et les hommes de ce pays!».